Twilight Town
Salutation à toi nouveau venu !

En cette année 2014, nous t'accueillons à bras ouvert !
Viens t'inscrire, et rejoints l'équipe de la Cité du Crépuscule toujours de bonne humeur et pleine de surprise !

A bientôt peut être pour partager les aventures de Sora et Cie ! Smile

Cordialement, Twilight et l'équipe administrative de Twilight Town !

Twilight Town


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

.:. Mes Partenariats .:.                      


Partagez | 
 

 :: II - Place de la Gare ::

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Xemnas
Le Supérieur
Le Supérieur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 796
Age : 24
Localisation : ...
Emploi : ...
Loisirs : ...
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Ne jamais quitter un enn   9/12/2009, 21:12

Colline du Couchant ==> Naxyld [Portail de Lumière] ==> Centre de la Cité - Place de la Gare.

Naxyld avait fait son choix, comme l'ont fait les autres, c'esta dire Chronos et Frederic. Nous étions donc trois a affronter des membres de l'Organisatins XIII. Le Guerrier d'Eclypse se demandais avant tout qui était cet homme ou plutot ce Simili. Oui, Naxyld n'est pas si bête qu'il en a l'air, il s'était rappeller de la discussion avec le Maire. Il avait expliquer que les Similis étaient dénués de coeur. Pour le Guerrier, c'était une experience a tenter un jour mais les sentiments n'existerais plus et c'est tout ce qui fait le caactères, les qualités et autres des personnes. Et puis, si l'on perd un coeur, la personne meurs, c'est logique. Cela doit surement venir de quelque chose d'autre...
Pas le temps de se poser des questions, Naxyld arriva sur la Place grace a son portail. Place qui était assez remuée puisque les Citoyens de la Cité étaient affolés autour de lui.
Les souvenirs remplacaient toutes ces personnes sur la Place laissant un autre paysage se déssiné. Ce fut exactement identique dans son monde d'origine, Naxyld ne devait pas laisser passer cela. Tout ces citoyens fuyaient, les enfants comme els adultes, mais un geste de générosité allimanta le Guerrier, il fit un signe de la tête rassurent ainsi les passants. C'était surtout les anfants qui se sentaient plus soutenus, plus confiants.
Naxyld ne devait pas laisser passer cette chance, sauver des victimes, des gens innocents et qui n'ont rien fait. Dans cette situation, la haine devrait monter dans le corps du Guerrier mais le calme et la perseverance avaient le dessus. Tout était donc " bien " pour un début. Les citoyens étaient moins éffrayés mais fuyaient tout de même pour éviter que quelque chose d'horrible n'arrive.
Avec tout cela, Naxyld n'avait aps encore regarder le visage de son adversaire, se pressant de le faire, il vit Chronos partir laissant le Musicien et le Guerrier seul face a ce membre...
Ce membre que Naxyld avait d'ailleurs déjà aperçu. Il avait engager le combat en quelques secondes et était partis plus tard. Maintenant, nous pouvions voir qu'il était de retour un temps soit plus serieux.
Le Guerrier observe souvent tout ce qui entoure son adversaires ou ce qu'il pouvait faire. Habituellement, une personne est discrète dans un environnement ou les citoyens sont nombreux. Naxyld l'avait vu, il aurait pu apparaitre en haut de ce clocher et éviter de se faire repérer si facilement mais au lieu de cela, il était venu la, en plein milieu de cette Place. Un Membre qui devait surement être un peu moins intelligent qu'il en a l'air.

- Ne vous inquietez pas, je suis peut-être différent de ce que j'en ai l'air mais je ferais de mon mieux pour vous proteger, Frederic.

Naxyld avait parler a voix basse au Musicien tout en regardant le Membre des XIII. Ne jamais quitter un ennemi des yeux, et toujours être sur ses gardes. Le combat avait déjà été engager par Chronos qui l'avait attaquer rapidement, il ne fallait pas se laisser faire.

- Nous nous sommes déjà rencontrer... Quelqu'un qui ne possède pas de coeur, j'ai du mal a y croire mais je ne sais pas comment vous pouvez encore rester comme vous êtes.
Vous vous êtes déja enfuit me semble-t-il ? Ne croyez pas que je vais vous laissez partir comme la dernière fois...

Le Guerrier avait dégainer son arme. Sa grande épée qui avec , allait proteger tout ces citoyens, dont Frederic qui en faisait partis. Maintenant, il s'agissait d'une mission capitale, il ne fallait pas se laisser abattre.
Le Guerrier regarda le membre qui évitait le contact avec les regards. Et puis, Naxyld n'attaquais pas, il était en posture défensive. Il faut toujours voir ce que prépare l'adversaire et observer ses mouvements plutot que de combattre tête baisser en arrivant. Il était a présent temps de commencer ce combat le plus rapidement possible...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.khisland.info
XI
Lvl 20
Lvl 20
avatar

Masculin
Nombre de messages : 403
Age : 24
Localisation : Néant
Emploi : membre de l'organisation XIII
Loisirs : rien de spécial
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   12/12/2009, 16:32

Le numéro XI avait vu juste, les gardien était venus aussi vite qu' il était apparu dans la place de la Gare. Ce fut tout d' abord une personne qui apparu et qui tenta de l' attaquer avec son épée (Chronos) venant de nulle part à l' aide d' un vortex, heuresement Marluxia esquiva l' attaque du Gardien qui disparu aussitôt dans le vortex dans lequel il était venu. Marluxia chercha à voir où se trouvait les citoyen et il voyait qu' en haut de la tour, de la magie commença à se concentrait en haut de l' horloge de la place de la Gare. Le numéro XI disparu de suite dans un vortex pour voir qui étaient ses attaquants ( et heureusement car il s' en fallu de peu avant que l' Assassin Sublime ne se prenne l' éclair qui frappa dans le vent). Une fois apparu à l' endroit où se cachaitses attaquant il s' apperçu avec " surprise " que c' était les deux citoyens qu' il avait vu pendant sa dernière visite dans la cité du crépuscule. Il dit alors :

- C' est donc vous qui m' attaquaient de loin ? Je ne pensais pas vous revoir si vite et surtout exactement sur cette même place où nous nous étions rencontrés la première fois. Pourquoi ne pas descendre ? il y aura plus de place que sur ce petit perchoir.

Marluxia fit apparaître alors un vortex autour d' eux pour finalement réapparaître sur le centre de la place, l' endroit sera plus propice pour les combattres jusqu' à ce que l' un des deux autres membres ccommencent un combat contre le maire de la cité du crépuscule. Il continua alors sa petite disscusion avec les deux citoyens :

- Donc, vous avez choisi de suivre le maire et de tenter de nous condamner à vivre éternellement sans le coeur qui devrait nous appartenir. Très bien, dommage, moi qui pensait que vous auriez pu nous aider. Vous ne me laissez pas le choix. Tout ennemi de l' Organisation dois être éliminé.

Bien sur il ne pensait pas du tout ce qu' il pensait mais ceci était impossible à savoir puisqu' il avait perdu tout sentiment et de plus Marluxia était l' un des plus manipulateurs de tout les membres de l' Organisation XIII. L' Assassin Sublime lança alors plusieurs lames de vent sur chacun des deux citoyens et se prépara à la contre-attaque qu' allaient lancer les deux citoyens à son encontre.
Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-town.forum2jeux.com/profile.forum?mode=viewprofi
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   13/12/2009, 23:56

Maintenant qu’il en parlait, oui, les deux citoyens et le membre de l’Organisation qui leur faisait face en haut du clocher s’étaient déjà rencontrés il y avait peu de temps… Au même endroit, si c’était pas merveilleux. En fait, à part l’ironie de la situation, Frederic ne voyait pas en quoi cela allait faire avancer le shimblik – quelle que soit l’orthographe de ce mot étrange. En plus, la première fois qu’ils s’étaient rencontrés, c’était bel et bien sur la Place de la Gare, et non sur le clocher surplombant celle-ci – parce que évidemment, ce genre d’endroit est beaucoup plus pratique pour se battre… Plaisanteries mises à part, le musicien constata avec une légère déception que ni l’attaque de Chronos qui avait débarrassé le plancher, ni l’attaque magique de C. Zelig n’avaient fait mouche, laissant le Simili aux cheveux roses indemne, puisque de toute façon, il semblait qu’il n’était plus là lorsque l’éclair magique avait atteint le sol. Bah, c’était pas vrai, comment est-ce qu’il pouvait être doté d’un pouvoir de prémonition aussi fort ? Bon, en fait, Frederic n’était pas si stupide et savait que son attaque magique avait dégagé une certaine quantité d’énergie magique facilement repérable pour qui avait quelques notions avancées en manipulation des énergies magiques… Pas étonnant que, ne sachant pas où se trouvait ses adversaires, le Simili s’était déplacé vers ce qui était la source de la seconde tentative d’agression, le mage devant lequel s’était placé le guerrier originaire d’Eclypse, après que celui-ci ait glissé quelques propos discrets au musicien, du genre typique de celui qui voulait rassurer ses alliés, qu’il possède ou non la prétendue force évoquée, et qui, donc, laissa presque indifférent Frederic. Notez bien presque, car il ne pouvait quand même s’empêcher d’être reconnaissant envers le guerrier, comme tout ‘gentil’ qui se respecte… La question suivante était donc : allaient-ils se battre sur un clocher en guise de terrain ? C’était plutôt restreint comme zone de combat, mais si nécessité faisait loi, alors pourquoi pas. Le musicien cherchait déjà des solutions aux problèmes lorsque le Simili ramena une autre solution tout aussi adaptée, et ne requérant aucun effort supplémentaire de la part des citoyens. Quelques instants plus tard, et les trois combattants se retrouvaient en bas comme par magie, grâce au Simili. Même pas d’effort à faire, si elle était pas belle la vie… Ceci dit, cela montrait aussi combien le pouvoir du Simili pouvait s’avérer être puissant, dans le sens où s’il utilisait à bon escient pour lui, à mauvais pour les autres, il avait entre les mains un atout stratégique de valeur. Il n’avait qu’à les emmener là où il voulait, et le tour était joué… A cette pensée, un frisson parcourut l’échine du musicien, qui chassa ces pensées de son esprit.

Il aurait bien répondu au tac-au-tac au Simili aux cheveux roses, mais il en était incapable à cause de raisons purement techniques, qu’il ne devait pas laisser percevoir à l’homme à la faux. Que ce dernier se rende compte que Frederic devait passer par un autre intermédiaire que les mots pour exécuter ses sorts, et il trouverait bien un tour à jouer au magicien qui n’était pas habitué à lancer des sorts autrement qu’à l’aide de la parole dont il était privé, et, occasionnellement, de sa baguette comme il venait de le faire. Il pouvait toujours essayer de s’en sortir avec les doigts, mais bon, déjà qu’il ne savait pas si sa puissance était comparable à celle de l’homme à la faux lorsqu’il était en possession de toutes ses capacités… Il ne fallait pas pousser mémé dans les orties, et surtout pas révéler les points faibles à l’ennemi qu’était à présent l’être dénué de cœur. Le regard onyx du musicien se posa un bref instant sur Naxyld, toujours devant lui. Le guerrier d’Eclypse avait dégainé son arme et s’était mis dans une posture que l’œil pas très expérimenté de Frederic aurait jugée défensive. Il ne fallait pas oublier qu’il avait à ses côtés quelqu’un sensé avoir des compétences complémentaires avec les siennes, qui serait bien plus compétent en combat rapproche que lui ne l’était. Et s’ils étaient deux face au membre de l’Organisation, ce n’était pas non plus pour des prunes, et ils se sdevaient de profiter de cet avantage, non pas en fonçant tête baissée chacun pour sa pomme, mais en établissant une certaine stratégie d’attaque et de défense. Le seul problème qui se posait à présent était celui de la communication… Comment s’y prendre pour arriver à faire partager ses pensées à son partenaire sans montrer au Simili son sérieux handicap ? Partager ses pensées… Une idée lui vint à l’esprit, ou plutôt, une ébauche d’idée. Avec toutes les connaissances qu’il avait accumulées pendant ses recherches, il devait bien y avoir quelque chose… Les propos du Simili ramenèrent le musicien à la situation présente, qu’il devait pas perdre de vue en se plongeant dans des réflexions sans fin sur… la situation en question. Prise de tête.

Ainsi, l’être dénué de cœur armé d’une faux revenait sur la conversation qu’ils avaient eu lorsque les deux citoyens n’avaient pas encore rencontré le Maire, et que Frederic avait réussi à éprouver de la sympathie pour les Similis, les êtres dont le seul but était de retrouver ce qu’ils avaient perdu… Oui, le musicien aurait pu aider l’Organisation, seulement, il avait rencontré le Maire entre temps… Mais en fait, ce n’était pas le Maire qui lui avait fait prendre la décision finale. Maintenant qu’il y repensait, ce n’était qu’en partie grâce au Maire, mais se serait-il contenté des propos de Twilight, et il ne se serait pas allié à lui… Le regard onyx de C. Zelig se planta dans celui bleuté de l’être dénué de cœur. Manipuler, semer le doute, tel était l’objectif du Simili, et même si beaucoup déclaraient ne pas fléchir sous les coups oraux de l’Organisation, d’aucun qui s’était récemment décidé ne pouvait rejeter en bloc les affirmations d’un être aussi pathétique qu’un Simili l’était. Il était on ne pouvait plus naturel que Frederic revienne sur les raisons qui l’avaient poussé à se joindre à Twilight… Oui, il éprouvait encore une once de culpabilité à devoir régler le problème d’une manière aussi radicale, mais il avait réalisé que l’amour et la paix constituaient une idylle pour une querelle aussi singulière… On pouvait alors dire, ‘mais pourquoi pas l’Organisation ?’ De ce côté-là, plus que l’apitoiement sur Twilight, il y avait eu cette mélodie marquante, celle du défunt Auron qui ne l’avait pas laissé indifférent. Contrairement à celle partiellement incomplète des Similis, celle d’Auron l’avait marqué, par les convictions qu’avaient portées le guerrier de son vivant…

Avait-il donc joint Twilight parce que lui et ses alliés étaient plus humains ? En un sens, c’était totalement ironique puisqu’il pouvait aider les Similis à redevenir ainsi s’il les aidait. Mais en échange de quoi ? De la vie de nombreux êtres, d’après ce que Twilight avait dit. Et la manière d’agir de l’homme à la faux ne faisait que conforter les propos du Maire. Et, comme lui avait expliqué ce dernier, il y avait bel et bien une autre solution que celle envisagée par le Simili aux yeux bleus : la mort de l’Organisation. Vivre éternellement sans cœur disait-il… mais rien ne l’obligeait à continuer de vivre. Alors que le Simili envoyait des lames de vent destinées à découper tout ce qui se trouvait sur leur passage, Frederic se plaça d’un bond derrière Naxyld tout en traçant dans les airs des arabesques lumineuses, qui ressemblaient à des lettres sans pour autant l’être. Le cercle d’incantation fit une brève apparition sur le sol, et lorsque les lames de vent parvinrent à quelques mètres des deux citoyens, elle furent stoppées par un mur de lumière magique. Quelques-uns furent absorbées, tandis que trois d’entre elles furent réfléchies, l’une repartant directement dans le sens inverse et les deux autres décrivant deux courbes sur les deux côtés pour venir frapper latéralement le Simili, si celui-ci ne les esquivait pas. Par mesure de précaution, Frederic s’écarta du guerrier originaire d’Eclypse par un nouveau bond, rester trop proche de son allié n’étant sûrement pas la meilleure chose à faire… Frederic sentit l’énergie magique du mur érigé revenir vers lui, la protection se dissipant. Il retint sa respiration pendant une fraction de secondes, encaissant un choc comparable à une situation dans laquelle on l’aurait poussé un peu brutalement. Négligeable par rapport à la puissance originale des lames de vent, toutefois…
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
XI
Lvl 20
Lvl 20
avatar

Masculin
Nombre de messages : 403
Age : 24
Localisation : Néant
Emploi : membre de l'organisation XIII
Loisirs : rien de spécial
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   25/12/2009, 23:19

L' un des citoyens fit apparaître un mur qui renvoya quelques lames de vent envers celui qui les avaient crées. Marluxia envoya d' autres lames qui s' entrechoquèrent avec celle qui venait dans sa direction pour finalement disparaître.Le numéro XI pensait en avoir assez fait ici et allait donc apparaître ailleurs pour attirer d' autres Gardiens. Il sentait que Xaldin et Saïx s' étaient réunis pour combattre un Gardien, il pensait que c' était donc inutile d' aller les aider, ils étaient déjà seuls, très puissants, alors ensemble... Il fallait cependant trouver un moyen pour que ces deux Gardiens ne le suivent pas vers sa prochaine destination et le gêne dans sa mission de dispersion des citoyens. Il leurs dit alors :

- Je suis désolé de vous faire faux bon une seconde fois, mais des choses plus importante m' attendent et je dois en conséquent m' absenter de cette belle place. J' espère que vous ne m' en voudrais pas.

Le numéro XI disparu au moment même où il pronconça ces derniers mots, mais cependant sa voix se fit entendre sur la place comme si elle venait de partout et de nulle part :

- Ne vous inquiétez pas, si je vous laisse seuls, mes " amis " se feront un malin plaisir de vous tenir compagnie et de vous occuper pour remplacer ce combat terminé prématurément.

C' est alors qu' une trentaine de similis commençèrent à apparaître sur la place et que 3 murs magique apparurent devants les possibles sorties. Il allait falloir tous les vaincres pour pouvoir quitter la place, ce qui permettait au numéro XI de gagner du temps.

Place de la Gare => Marluxia => ???

Attaque de Simili

- Reflets 10 -










- Sombreur 10 -










- Assassin 10 -








Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-town.forum2jeux.com/profile.forum?mode=viewprofi
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   6/1/2010, 00:17

Peut-être qu’un jour Frederic engagerait le Simili à la faux en tant que girouette, le jour où il aurait une maison et une vie à peu près tranquille – ce qui, pour le moment, était loin d’être le cas. Enfin, il n’empêchait que le type aux cheveux roses et aux yeux bleus était plutôt doué dans ce domaine-là, celui de tourner selon l’humeur du vent – ou plutôt, de sa propre humeur, comme le soupçonnait fortement le musicien. Quelques instants plus tôt, il avait déclaré aux deux hommes qui s’étaient dévoués pour traquer l’un des Similis présents dans la Cité que tout ennemi de son Organisation devait être éliminé, en d’autres termes, que tout ennemi devait périr, mourir, disparaître étrangement ou autres choses du même style, confirmant auprès de Frederic que l’Organisation était fervente partisane des moyens les plus radicaux, le dialogue ou la diplomatie n’étant sûrement pas venus à l’esprit de ces êtres dénués de cœur lorsqu’ils avaient décidé de trahir Twilight et d’assouvir leur unique désir de retrouver un cœur, et tous les bienfaits qui vont avec. Enfin, Frederic avait aussi un peu de mal à prendre le Simili à la faux pour un individu s’avérant être dépourvu de neurones et décidant d’attaquer comme bon lui semblait ceux qui passaient par là, quand il le voulait, parce qu’il était plus ou moins de bonne humeur. Si l’Organisation comptait dans ses rangs des énergumènes dans ce genre, il aurait été impossible que celle-ci pose autant de problèmes à la Cité, qui, après tout, avaient bien plus d’esprits susceptibles de réfléchir ensemble que ces êtres dénués de cœur qui les ennuyaient depuis un moment. Il y avait ainsi plusieurs possibilités : soit le Simili aux cheveux roses était le membre le plus lunatique de l’Organisation, et était le seul, et il y restait pour une raison inconnue. En fait, le musicien doutait fortement de cette possibilité puisque leur première rencontre montrait bien que le Simili avait plus qu’un petit pois dans le crâne. Car un petit pois dans le crâne n’aurait pas permis à un bourrin de base à abandonner un instant la voie des armes pour s’engager dans celle de la parole avec deux nouveaux venus dans la Cité du Crépuscule, qui, au fond, pouvaient offrir de parfaites cibles pour les Similis. Et en effet, face à l’individu aux yeux bleus, Frederic avait douté, alors qu’il doutait déjà de la voie sur laquelle il était certain de s’engager. A présent, ces doutes avaient été relégués au second plan, même s’ils n’avaient pas disparu. Ceci dit, cela n’était en rien perceptible dans le comportement du magicien, qui avait tout de même accepté de devenir Gardien et de reprendre le travail, ou plutôt la vocation du défunt Auron. A présent, l’homme à la faux avait abandonné la tactique du semeur de doute dans les esprits humains. Mais rien ne disait qu’il ne tramait rien d’autre derrière cette arrogance dont il faisait preuve. Oui, le musicien avait fini par s’en rendre compte : leur adversaire était d’une arrogance notable.

Ceci dit, il pouvait bien se le permettre. Celui qui était fort, par pure logique, pouvait se permettre d’être arrogant puisque personne ne pouvait ôter l’arrogance du plus fort que soi – même si c’était rageant. Frederic se doutait que le Simili aux yeux bleus ne leur avait montré qu’un échantillon de ses pouvoirs et de sa force en créant les lames de vent que le magicien avait si bien repoussées, et qui, finalement, avaient heurté d’autres de leurs semblables, créées de nouveau par l’homme à la faux, qui n’avait pas paru surpris de l’intervention du musicien – ceci dit, celui-ci était bien loin de vouloir épater la galerie, il voulait juste être efficace. Enfin, venant d’un être dénué de cœur, l’absence de surprise pouvait tout aussi être compréhensible… même si restait une arrogance que seul un humain aurait pu arborer aussi ostensiblement. Mais bon, peut-être était-ce un moyen pour cet être dénué de cœur d’exister en un sens, et de marquer les esprits pour qu’il continuer d’exister. Le musicien se souvenait parfaitement des lignes qu’il avait lues sur les Similis, dans un bouquin lambda lors de ses recherches diverses et variées. Souvent, ces êtres dénués de cœurs étaient dits ‘inexistants’, car ils n’existaient pas entièrement, leur manquant l’élément crucial qui ferait d’eux des êtres humains. Peut-être que les Similis eux-mêmes croyaient ce concept, et cela pouvait être la raison pour laquelle ils adoptaient un comportement humain. Pour exister à travers les yeux des autres. Même si Frederic ne jugeait pas cela comme un choix, mais plutôt comme l’influence d’une vie humaine antérieure. En tout cas, existants ou non, ces êtres possédaient un pouvoir considérable lorsqu’ils apparaissaient sous forme humaine, et étaient d’autant plus dangereux lorsqu’ils pensaient bien… Comment pensait cet être ? Pourquoi, après avoir fait clairement comprendre qu’il éliminerait quiconque se tenant sur son chemin, s’en allait-il comme si de rien était ? Le passage de Ténèbres se referma directement sur le Simili, l’emportant vers une autre destination inconnue des deux humains, qui, pendant un instant, crurent qu’ils devraient se remettre à chercher le Simili si celui-ci restait dans la Cité. Le musicien n’eut toutefois pas le temps de vérifier sur l’engin que lui avait confié Twilight si l’homme à la faux avait ou non quitté la Cité puisque la voix de ce dernier se fit entendre, venant de nulle part, empreinte d’une douce ironie. Les amis des ennemis étaient des ennemis, de toute façon. Et dans le genre amis des ennemis, Frederic s’attendait bien à voir apparaître des Similis ou quelque chose dans le même style subordonnés à celui qui venait de disparaître de cette place en laissant un cadeau à ceux qui restaient. Les soupçons du musicien furent bien vite confirmés lorsque celui-ci vit apparaître en même temps une trentaine de Similis non humains, rendant la place beaucoup plus encombrée qu’elle ne l’était avant que le type à la faux ne se fasse la malle.

Petit changement de programme. Petit grand changement, même que. Des murs de magie vinrent obstruer les accès à la Place, laissant les deux humains seuls au milieu d’une armée de Similis qui ne demandaient qu’à en découdre avec ceux qui possédaient un cœur. D’un bond, le musicien esquiva de justesse l’un des Reflets qui n’attendit pas le dégel pour passer à l’action. Le bras de la créature fouetta l’air à l’endroit où s’était trouvé l’homme quelques instants plus tôt, celui-ci sentant qu’il avait esquivé de peu l’assaut du Simili. D’un mouvement vif, le musicien riposta en portant un coup horizontal à la créature, qui, touchée, ne fit seulement que reculer, légèrement blessée. Ce qui n’étonna pas grandement Frederic qui avait porté le coup sans vraiment y réfléchir, à l’arrache, comme auraient dit les jeunes. Son style de combat impliquait de trouver les points sensibles de l’anatomie de l’adversaire, et n’était en rien aussi brutal que pouvait l’être celui d’un guerrier. D’ailleurs, il n’était pas guerrier, à la base – bon, à la base, il n’était même pas magicien, mais bon. Un nouveau pas sur le côté lui permit d’esquiver une nouvelle attaque de la part d’une des créatures. Il jeta un rapide coup d’œil à Naxyld, duquel il s’éloignait de plus en plus, plus ou moins intentionnellement – en fait,, cela avait commencé par un éloignement non voulu, qui s’était transformé en un éloignement volontaire. Le guerrier originaire d’Eclypse n’aurait sûrement pas trop de mal à se défendre face à ces créatures, même si leur nombre pouvait poser problème. Jamais Frederic n’avait combattu autant d’adversaire ensemble. D’ailleurs, se battre et protéger les gens ne faisait pas partie de ses hobbies habituels, mais à présent, il allait devoir s’y faire – sinon, il avait de fortes chances de rencontrer la déception du Maire, et surtout, la mort. Enfin, rien de mieux pour débuter que des adversaires qui n’étaient pas trop forts.

"Enfin, façon de parler" pensa-t-il en esquivant une nouvelle attaque et en parant une autre à l’aide de sa baguette.

Mais de toute manière, rester au stade j’esquive et je pare n’allait pas faire avancer les choses, et même pire, allait peut-être les faire reculer s’il restait ainsi à ne pas contre-attaquer. Ceci dit, il faisait quand même face à un léger problème, juste un petit problème. Sous les assauts incessants de ses ennemis, le magicien n’avait pas vraiment le temps de concentrer sa force magique pour frapper magiquement ses adversaires qui perdraient sans doutes quelques uns des leurs s’il trouvait l’occasion de lancer une offensive magique. Enfin, il fallait plus ou moins vite trouver une solution au problème, sinon il s’épuiserait pour rien. S’il s’était éloigné de Naxyld, c’était pour que celui-ci ne soit pas touché par la magie de grande envergure que Frederic voulait utiliser histoire d’être un peu plus efficace. Déjà qu’il avait failli se griller lui-même avec son premier éclair de magie lorsqu’il avait combattu pour la première fois dans la Cité, reprenant possession d’une magie qu’il n’avait pas pratiquée depuis des années. Un soupir franchit les lèvres du magicien, qui commençait à en voir marre. Un ‘bip’ discret provenant de sa poche attira son attention, mais il n’avait pas vraiment le temps de jeter un coup d’œil à ce qui était à l’origine d’un tel son. Le musicien prit appui sur un pied, et, tournant sur lui-même, fit décrire une spirale à sa baguette, le bras tendu, éloignant ses ennemis de lui pendant quelques instants, ceux-ci étant peu désireux de se faire trancher par l’arme – qui était tranchante, mine de rien. Les doigts du magicien s’ouvrirent, laissant tomber la baguette. Celle-ci, au lieu de tomber vers le sol s’arrêta dans sa chute la pointe au niveau des yeux onyx de l’homme, lévitant et émettant un faible halo de lumière bleutée. Lumière qui nimbait aussi les deux mains du magicien, qui les tenait légèrement écartée devant lui, alors qu’un cercle d’incantation apparut sur le sol. Le pouvoir magique libéré implosa, glaçant toute créature se trouvant dans un rayon de trois mètres autour du magicien. Quelques instants plus tard, les blocs de glace formés par les différentes créatures prises au piège de la glace se brisèrent, emportant avec eux la vie de huit Similis tués au hasard, qui se serait trouvés trop près du magicien.

Le halo lumineux se dissipa de la baguette et des mains du musicien, qui vinrent attraper l’arme légère avant que celle-ci ne tombe sur le sol. Frederic ferma les yeux un bref instant, sentant poindre une légère migraine. Pratiquer la magie sans incanter grâce aux mots n’était pas très agréable pour lui… Un réflexe spontané lui sauva la vie, l’homme reculant d’un bond pour esquiver le bras tranchant de l’un des Simili, qui, au lieu de séparer sa tête de ses épaules, traça une entaille peu profonde dans le cou du musicien, qui résista à la tentation de jeter son arme à la figure de son assaillant. En temps normal, une telle riposte n’aurait pas posé de problème, mais là, il avait besoin de son arme pour faire de la magie… Il se contenta donc de dessiner dans les airs à l’aide de sa baguette un cercle d’incantation de taille réduite duquel surgit une salve d’éclair heurtant de plein fouet le Reflet trop téméraire, qui disparut sans laisser de traces. Le regard couleur onyx du magicien balaya les environs, analysant la situation. C’était loin d’être fini. Mais évidemment, si tout c’était fini en quelques secondes, ce n’aurait pas été drôle.


----------------

Similis tués :

5 Reflets /10
2 Sombreurs /10
2 Assassins /10
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
Mog
Lvl 26
Lvl 26
avatar

Masculin
Nombre de messages : 552
Age : 23
Localisation : Kupo ?
Emploi : Kupo !
Loisirs : Kupooooo !!!!
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   13/1/2010, 11:50

Gare centrale => Mog => Place de la Gare

Les portes de la gare s'ouvrirent et Mogy y sortis, accedant a une grande place. Mogy se dirigeat vers les rues pour visiter cette radieuse ville au couleures orangées crépusculaires magnifiques Lorsqu'ils apperçut des sortes de petites chimères blanches s'en prenant a une personne qui avait l'air de se défendre aiséement contre leurs aussauts... Mogy devinat alors que c'étais donc cela a quoi ressemblais les similis dont on lui avait parlé... Il remarqua alors que tout citoyen qui venais de sortir du même waggons que lui préférais se réfugier derriere les portes de la gare le temps que ces similis soient chassés... Mogy, n'étant pas doués pour le combat, préféras adopter profil bas, et essayer de passer au loin de ses "similis" malgrès l'envie de les étudier... Il passa en faisant le tour de la place discrètement et lentement pour ne pas lui attirer de malencontreux problème a son séjour... S'il attirait un ennemis, il aurait de quoi se défendre grace a cet petite sphere qu'il possédait a la main, mais il ne préférerais pas à avoir à s'en occuper...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.koreus.com
Xemnas
Le Supérieur
Le Supérieur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 796
Age : 24
Localisation : ...
Emploi : ...
Loisirs : ...
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   15/1/2010, 22:20

Marluxia de retour après quelques temps. La dernière fois, ce n'était qu'un aller-retour en apssant par Frederic et Naxyld. Son but avait l'air de nous retarder la dernière fois puisqu'il n'avait pas l'intention réel de nous combattre, cela se voyait dans ses coups. Ce n'était que des atttaques basiques. Puis il est enfin partis comme le vent qui apssait par là. Bizarrement, il était préoccuper par autre chose, nous n'étions que pour lui de simples gens.
Maintenant, nous pouvions montrer de quoi on était capable. En effet, Naxyld et le Musicien faisait nouvelle fois route ensemble pour combattre les membres de l'Organisation XIII apparrut dans la Cité.
Heureuse Coiencidence, le membre que nous rencontrons est Marluxia. Un Moment inouïe pour une revanche. Mais le Guerrier avait penser trop tot puisque le membre partit aussi vite qu'il était venus laissant derrière lui un nombre incroyable de créatures nommés Similis.
Naxyld était assez éloigné du Musicien qui avait l'air finalement en bonne position. Il était plus doué qu'il n'y paraissait, d'ou la proposition du Maire pour qu'il soit Gardien.
Malgrés l'éloignement des deux personnes, Naxyld arrivait a gerer la situation si l'on pouvait dire cela comme ça. Depuis l'arrivé des créatures sur le Guerrier et Frederic, Naxyld a reculé petit a petit laissant un peu plus d'espace pour ses attaques et se protegeant des attaques ennemis. La longue épée du Gerrier d'Eclypse avait été dégainer depuis peu et plusieurs ennemis avaient donnés l'assault. Naxyld avait parer la majorité des coups laissant les autres attaques le percuter aux bras et au niveau du ventre. Le problème, ce n'était pas la puissance de l'ennemi mais le nombre. Il était vraiment nombreux et s'ils attaquaient en même temps, les dommages pouvaient êtres critiques. Un pemier tenta une nouvelle attaque et le Guerrier le contra rapidement d'un coup d'épée horizontale. Puis, enchainant combos sur combos, il tua plus de cinq ennemis en travsersant difficilement les autres Similis barrant la route. Stoppant son attaque, Naxyld observa autour de lui et constata qu'il restait 15 similis. Difficile de s'en tirer en ne faisant qu'une attaque normale mais les attaques speciales ne serviraient a rien, surtout qu'elles seraient montrer a tout ce monde. De plus, elles n'ont pas que des avantages, elles affaiblissent celui qui les utilise. Il faut parfois accepter les Ténèbres temporairement pour parvenir aux fins les plus envahissantes et terrifiantes. Mais pas cette fois-ci. Il ne fallait pas succomber pour cela. Ce n'était qu'un entrainement.

- Que de bestioles mais que de bestioles... Il faudrais penser a les abbatres au plus vite et reprendre notre route.Naxyld ne parlant que pour lui, il regarda d'un coup d'oeil rapide le Musicien qui s'en sortait plus que bien. Comparer au Guerrier, il réalisait des prouesses. Naxyld savait dorénavant que Frederic pouvait se débrouiller seul...
Il n'as pas besoin de moi finalement, il s'en sortira seul... Il me faut juste savoir ou se trouve les...

Il est vrai que l'on ne peut pas finir les phrases dans cette situation. Naxyld fit quelquessauts attaquant ainsi les ennemis aériens. En raterrissant, il réalisa une attaque circulaire tuant plusieurs ennemis autour de lui.
Les derniers Similis étaient en retrait, ceux-ci avaient la bougeote. Mais il était extremement agile et pouvaient esquiver la plupart des attaques. Quelques uns se glissèrent derrière Naxyld l'obligeant a se retourner et a lever son épée pour les tuer. Il en restait un mais celui ci avait l'air d'avoir aperçu autre chose, cette chose volait dans les airs et ressemblait... A une boule de poil ?
Faisant surement partis des citoyens, le Guerrier en profita pour détruire le dernier Simili en marchant vers lui et en l'attaquant avec les poings. Cette attaque en coup bas était plutot lache mes il ne devait pas se retourner pour voir cette chose.
Le Guerrier remis son épée dans son dos et observa la boule de poil qui arriva un peu plus près du Citoyen.
Naxyld ne lui dis rien et l'observa d'un oeil bizarre, l'autre, caché par ses mèches cachait ses sentiments envers quiconque personnes. La bestiole ( Mog ) bizarre ne lui adressant pas la parole, il le fis comme s'il ( Mog ) pouvait comprendre.

- J ne vois aps pourquoi il voulait s'en prendre a toi, mais tu n'as plus rien a craindre... boule de poil ? J'imagine que c'est ton nom si je ne m'abuse... Et puis tu ne dois pas me comprendre de toutes façons.

Le Guerrier originaire d'Eclypse tourna la tête en direction du Musicien, la place était nettoyer, il lui fis un signe de la main, le pouce levé en signe de victoire. Il était très douer puisqu'il avait tuer autant de Similis que le Guerrier. Pas tout a fait mais même s'il en avait tuer moins, ses attaques étaient plus puissantes que celle du Guerrier. Il fallait a présent voir s'il souhaitait faire route seul ou s'il voulait bien que Naxyld l'aide en cas de besoin pour pouvoir affronter un membre des XIII présent dans la Cité protegeant ainsi les Citoyens...

____________________________

Similis tués :

5 Reflets /10
8 Sombreurs /10
8 Assassins /10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.khisland.info
Mog
Lvl 26
Lvl 26
avatar

Masculin
Nombre de messages : 552
Age : 23
Localisation : Kupo ?
Emploi : Kupo !
Loisirs : Kupooooo !!!!
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   15/1/2010, 22:57

Mogy regardas impressionné les combattants (et des combattants, il en avait vus), repoussants avec une grande facilitée leurs adversaires, qui pour Mogy, nécessiterais beaucoup plus que ses artefact... Il vit alors Une personne se raprocher de lui, et lui adresser la parole... Le fait qu'il l'avait appelé "Boule de Poil" avait irrité Mogy, les mogs sont une classe peu répendue peut etre, mais rarement absente de certains mondes...

-Contrairement a ce que tu pensses, je te comprend très bien, kupo !Après avoir autant voyagé, des langues, j'en parle une quinzainne differentes, kupo... Je vais te donner mon nom pour que tu cesse de m'appeler "Boule de Poile" : Je m'appelle Mogy, et je suis un Mog !Merci de m'avoir défendus, kupo !

Mogy repenssat a tout ce qu'il s'était passé, dont le fait qu'il se soit fait attaqué... Mogy penssat que c'étais a cause de sa sphere, contenent tout ses bagages, il y avait beaucoups d'artefacts, dont certains très rares et très précieux qu'ils rammennais de diverse pays ou mondes... S'il se fesait voler la seule sphere qu'il avait dans sa main, c'est a dire tout ce qu'il possedait, ce serait une catastrophe !

-Il doivent m'en vouloir a cause de la valeurs de mes objets, kupo !

Il se rendit compte qu'il pourrait paraitre ridicule, car le seul objet qu'il avait, devrait etre au yeux des autres, qu'une simple sphere....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.koreus.com
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   17/1/2010, 17:54

… c’était loin d’être fini, mais apparemment, le guerrier originaire d’Eclyspe s’en donnait à cœur joie en taillant en rondelles – enfin, plus au sens figuré qu’autre chose, puisque les créatures disparaissaient une fois mortes – les Similis qui avaient infesté la place de la Gare, exécutant son art pour la première fois devant les yeux du musicien, qui avait surveillé du coin de l’œil l’épéiste. Celui-ci n’avait souffert d’aucune blessure pendant tout le long de l’affrontement, et qui n’aurait donc pas besoin des talents de soigneur du magicien pour se remettre de ce qui, d’un œil extérieur, avait paru être un jeu d’enfant pour Naxyld, mais qui était en vérité beaucoup plus difficile à faire une fois une épée en main. D’ailleurs, Frederic n’avait jamais tenté de manier une épée, et savait que de toute façon le résultat ne serait pas bien brillant si l’envie lui prenait. Les mouvements et les réflexes du guerrier d’Eclypse montraient bien que l’homme avait combattu toute sa vie, et que le combat était devenu partie intégrante de cette vie, ce qui était loin d’être le cas du musicien, qui n’avait jamais rien tué avant d’arriver à la Cité du Crépuscule. Et, étrangement, tuer les Similis ne lui avaient posé aucun problème, alors qu’ils étaient, bien que l’on affirmait le contraire, des êtres vivants et existants. Mais attentant à sa vie, c’était peut-être là la raison pour laquelle C. Zelig n’avait pas hésité à brandir son arme et invoquer sa magie. Et peut-être aussi parce que les créatures qui les avait attaqué n’avaient rien d’humain et d’intelligent. Après tout, elles ne faisaient qu’obéir aux Similis qui avaient pris forme humaine, qui poseraient bien plus de problèmes de consciences que de simples Reflets – enfin, c’était comme ceci que le pressentait Frederic, bien plus sensible que la majeure partie des guerriers originaires d’autres mondes ayant voué leur vie à combattre, ou passé une partie de leur vie à combattre. Et dernière chose, la mélodie qui avait émané de ces créatures était si ténue et si incohérente que Frederic en avait fait abstraction dès qu’il avait commencé à incanter silencieusement. Contrairement aux Similis apparaissant sous forme humaine, ces créatures-là n’étaient en rien comparable à des humains. Et sûrement que la dangerosité des Similis humains venait de leur ressemblance avec ce qu’il avait été avant d’avoir perdu leur cœur.

Quelques mouvements d’épée plus tard, l’affrontement entre les deux hommes et les créatures invoquées par le Simili à la faux était achevé. Le regard couleur onyx du musicien se posa une nouvelle fois sur le guerrier originaire d’Eclypse, qui avait rejoint une créature étrange, une sorte de peluche ailée dont la tête était ornée d’un pompon rouge, et qui semblait être bien plus qu’un jouet animé par un quelconque miracle – ou par des piles, mais les piles n’existaient pas dans le monde de Frederic, pas plus que les mogs – et qui venait d’être sauvé de l’un des Similis par l’épéiste d’Eclypse, qui avait accompli bien plus de prouesses que le magicien, qui s’en tirait avec une légère égratignure. Pendant que le guerrier tournait le dos, Frederic en profita pour tracer rapidement un petit cercle d’incantation horizontal quelques centimètres au-dessus des doigts de sa main gauche, placée devant lui, la paume vers le ciel et les doigts légèrement repliés, dans leur position naturelle. La lumière du cercle pénétra sous forme de petits filaments son index, son majeur et son annulaire, les nimbant d’un petit halo bleuté, et il passa ces trois doigts sur la coupure présente sur sa gorge, qui, après le passage de la magie, disparu complètement de sa chair. La lumière magique se dissipa des doigts du musicien, qui leva de nouveau les yeux vers le guerrier et l’étrange créature. L’opération n’avait pas pris plus de deux secondes, ne laissant probablement pas l’occasion à Naxyld de voir ce que Frederic fabriquait, ce qui était d’ailleurs dans l’intention du musicien, qui ne voulait en aucun cas inquiéter son partenaire. Ce dernier se retourna d’ailleurs vers lui et tendit sa main vers lui, le poing fermé, excepté le pouce qui était pointé vers le haut, et dont la signification était évidente. Frederic répondit par un sourire, ainsi que par une main elle aussi levée sur laquelle se dessinait, avec son index et son majeur, le grand V de la victoire. Il fit disparaître de son autre main la baguette qui lui avait servi d’arme pendant l’affrontement et s’approcha de Naxyld et de la peluche blanche, suffisamment tôt pour entendre la bestiole répondre au guerrier, avec une explication dans laquelle semblait ressortir une légère irritation… Sûrement que Naxyld, tout comme Frederic, avait dû prendre la bestiole pour un animal étrange et lui avait adressé la parole en la considérant comme telle… La bestiole n’était donc pas une bestiole, mais un Mog, répondant au nom de Mogy. Tout en arrivant à hauteur de l’humain et du mog, Frederic chercha dans sa mémoire l’endroit où il avait pu lire un mot pareil… Et au bout de quelques instants de recherches dans sa mémoire de chercheur malgré lui, il retrouva le souvenir d’un bouquin lambda dans lequel on pouvait trouver la liste non exhaustive des êtres pensants existants dans les autres mondes… Et les mogs en faisaient effectivement partie, puisqu’ils étaient des voyageurs invétérés, connus d’un grand nombre de mondes – et juste des rares bouquins que Frederic avait trouvés pendant ses recherches.

C’était donc le premier mog que le musicien voyait hors des bouquins, mais il n’avait pas pour autant une envie irrésistible de lui poser trente six mille questions comme le stéréotype du chercheur le ferait – et puis d’abord, il n’était pas chercheur non plus, qu’on se le dise. Non, la seule question que se posait Frederic était la suivante : est-ce que tous les mogs étaient suicidaires comme celui-ci, ou était-ce un trait de caractère qui lui était propre ? Quiconque aurait vu l’affrontement se déroulant en ces lieux aurait soit fait demi-tour en courant… soit fait demi-tour en courant. Mouaif, sans exagérer, cela ne paraissait pas être une idée de génie que de vouloir traverser tout le bazar – surtout quand on voyait que quelqu’un qui n’avait pas de bonnes intentions avait bloqué les accès à la Place de la Gare à l’aide d’une barrière magique, que le Mog avait dû survoler, mais qui bloquait quand même les deux hommes incapables de voler. Ceci dit, Frederic resta silencieux, laissant à Naxyld le loisir de prendre la parole après avoir jeté un regard interrogateur à la sphère que transportait le mog, et qui semblait constituer son seul bien. Ce qui, au passage, devait être un artefact très précieux pour que Mogy l’évoque comme ayant de la valeur. D’ailleurs, le pluriel utilisé l’avait un peu étonné, mais il ne releva pas plus qu’il ne prit la parole, ne souhaitant pas non plus exposer son mutisme à toute personne passant par là. Comme première image de Gardien défendant efficacement la Cité, il y avait mieux. Seul le sourire présent sur ses lèvres illustrait le fait qu’il ne voulait que du bien au petit mog blanc. Restant un peu en retrait, le musicien sortit discrètement de sa poche le capteur que lui avait donné le Maire et qui avait appartenu à Auron, se souvenant que le son qu’il avait entendu pendant le combat devait probablement provenir de cet engin. Son regard parcourut rapidement l’écran, son esprit enregistrant les informations et les analysant.

Il y avait visiblement eu du mouvement parmi les Gardiens, le Maire le premier ne se trouvant plus à l’endroit où il était sensé se trouver après le départ des différents Gardiens de la Colline du Couchant. Bien loin du Manoir, Twilight s’était déplacé vers la Place des Fêtes pour une raison inconnue… Toutes les informations ne concernaient pas Frederic, qui enregistra tout de même mentalement la position dans laquelle devaient se trouver les différents Gardiens malgré les quelques imprécisions. Les deux points rouges dans le Manoir semblaient être l’urgence à régler, mais visiblement, on attendait autre chose de la part de Frederic et de son partenaire originaire d’Eclypse. D’ailleurs, comment avouer au Maire que Chronos, avec qui il était sensé travailler, s’était fait la malle en cours de route, juste parce qu’il en avait l’envie ? Surtout que Chronos était justement celui dont ils avaient besoin dans la situation présente afin de pouvoir sortir de la Place de la Gare en déjouant en un rien de temps les barrières magiques mises en place par le Simili à la faux. Mais non, niet, pas de pouvoir de téléportation, pas d’ailes. Et peut-être même que des ailes ne marcheraient pas si les barrières étaient conçues pour laisser entrer, mais ne pas laisser sortir – auquel cas, le mog aurait eu une excuse pour ne pas avoir pu fuir. A l’heure qu’il était, le Gardien se trouvant déjà dans le Manoir, en d’autres termes, Djidane, devait sûrement déjà faire face aux deux Similis qui s’étaient réunis en ce lieu pour une raison inconnue – et il n’y avait aucun moyen de savoir si c’était le Simili à la faux qui avait rejoint un autre de ses semblables, ou si c’était celui de la Terrasse du Couchant, les deux ayant bougé entre temps. Une autre point rouge scintillait sur le petit écran, la légende indiquant ‘Colline du Couchant’. Sûrement le Simili vagabond dont parlait Twilight. Ce qui signifiait aussi que tout le monde avait bel et bien évacué la Colline après l’hommage rendu au Gardien tombé au combat, et que Naxyld et Frederic avaient champ libre pour agir là-bas. Enfin, s’ils parvenaient à quitter la Place de la Gare. Le musicien rangea son capteur et effleura l’épaule de Naxyld pour attirer son attention, puis désigna d’un signe de la tête les issues bloquées par les barrières magiques quasi-transparentes. Puis, laissant le mog aux mains de Naxyld – ou l’inverse, comme vous voulez, mais ce sens là paraissait plus logique – Frederic s’approcha du mur magique le plus proche, celui bloquant l’accès à la Gare centrale.

Rien n’indiquait qu’une protection magique avait été mise en place, à première vue. Et c’était peut-être pour cette raison que le mog était passé sans se soucier de rien. Mais un observateur attentif pouvait remarquer qu’une sorte de film quasiment transparent marquait une frontière entre les marches de l’escalier menant à la Gare et la Place elle-même, signe qu’une magie était à l’œuvre. Et plus le musicien réfléchissait au problème, plus il confortait son hypothèse dans laquelle il supposait que cette barrière était un ‘sens unique’, expliquant l’intrusion du mog. Il leva la main et effleura de ses doigts le mur, en sentit un fourmillement désagréable le parcourir, trahissant la présence d’une magie qui lui était hostile. Elle ne l’attaquerait certes pas, mais l’empêcherait de passer s’il tentait de le faire.
Il ferma les yeux et effleura de nouveau le mur, son attention entièrement focalisée sur l’obstacle. Il maintint cette fois-ci le contact physique plus longtemps que précédemment, et, lorsqu’il rouvrit les yeux, il tenait une conclusion à son analyse rapide du mur : ce dernier ne tiendrait pas une éternité, et n’était pas fait pour. Il se briserait donc au bout d’un certain temps, et la première solution pour sortir de cet endroit était donc d’attendre que ce temps s’écoule. La seconde solution consistait à forcer le mur à se briser, ce qui requérait du temps, de l’énergie et du pouvoir. S’il tentait de briser le mur, le magicien épuiserait une grande partie de ses forces – surtout qu’il ne faisait pas appel à la magie comme il le faisait en temps normal à cause du mutisme – et ils perdraient aussi un temps fou à briser le mur. Il avait certes le potentiel magique pour pouvoir le faire, mais sa réussite dépendait aussi de sa façon de faire, et il n’était, de ce fait, pas certain de pouvoir y parvenir. Et le temps que cela prendrait pouvait très bien être équivalent à celui nécessaire pour que la barrière s’évanouisse d’elle-même. Mieux valait donc attendre, même si cela pouvait s’avérer être rageant – enfin, la patience était l’une des qualités du musicien, qui ne pouvait toutefois pas s’empêcher de s’inquiéter. Il revint donc auprès de Naxyld et lui fit comprendre par un signe négatif de la tête que la solution la plus raisonnable était d’attendre que la barrière magique s’évanouisse d’elle-même.


D’ailleurs, quiconque entrant sur la Place de la Gare ne pouvait en sortir avant que le laps de temps en question ne soit écoulé.
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
Mog
Lvl 26
Lvl 26
avatar

Masculin
Nombre de messages : 552
Age : 23
Localisation : Kupo ?
Emploi : Kupo !
Loisirs : Kupooooo !!!!
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   18/1/2010, 20:05

Mogy regarda alternativement Frederic et Naxyld lorsqu'ils échangèrent leurs "signes de victoire", il trouvait ça un peu bette, mais peut etre que cela pouvais rapporter une quelconque fiertée après un combat... Lorsqu'il vit la personne ressamblant a un Musicien s'eloigner, il l'observat discretement pour voir ce qu'il faisait. Et quand Mogy compri la conclusion qu'avait fait Frederic, il fut désesperé de continuer sa visite qui s'annonçait déjà mouvementée...

-Kupo !Moi qui voulait faire une visite après mes nombreux voyages, pour enfin etablir mon commerce,kupo. Me voilà bien embetté, kupo !

En effet, Mogy voulait visiter la ville pour établir un commerce, voir si cette citée était bien assez active pour que le mog ait des acheteurs... Apparament, elle était bien assez active... Mais pas dans le sens qu'il fallait...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.koreus.com
Slyx
Lvl 28
Lvl 28
avatar

Masculin
Nombre de messages : 606
Age : 24
Localisation : Au gré du vent, à la recherche de cette vérité...
Emploi : combattre, pour ma vie
Loisirs : Me laissez emportez par ses pensées sans fond, avançant espérant trouvez ma réponse...
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   4/2/2010, 01:14

Gare Centrale => Slyx =>Place de la Gare

Slyx s'avança doucement, à cause de cet homme qui semblais examiné l'entrée... Mais que pouvais t-il donc regardé dans une entrée vide! En regardant plus attentivement, il vit au loin deux autres personne ou du moins une autre personne car l'autre ressemblais étrangement...à une boule de poil! Se posant de plus en plus de questions, Slyx se positionna de façon a se qu'on le voit pas, du moins il l'espérait. Examinant de plus près, du moins du mieux qui le pouvait, l'homme qui étais devant l'entrée, Slyx remarqua quelque chose d'étrange.Si on regardait très attentivement, on pouvais observé un léger filament devant l'homme.

- " Je crois que je peux légèrement dire ce qui s'est passé ici. Ces trois personnes semblent avoir combattu, par-contre ça m'étonnerais beaucoup que cette boule de poil au loin sache combattre.Pour comblé le tout, ces trois personne semble être des guerriers.Évidant, puisque s'ils ont combattu...mais sa explique pas pour cette drôle de boule. "

Après cette petite déduction, Slyx examina les habits de ces combattants.L'homme qui étais près de la barrière, semblais avoir un habit de musicien. Pour les deux autres personnage, l'un semblais être un guerrier avec son armure et sa lame d'épée très affilé. Tant qu'à la boule de poil, elle avait des ailes et semblais tenir quelque chose dans ses mains, on aurais dit une sphère mais impossible d'être sure a cette distance! Il y avais un autre problème qui fallais absolument évité, du moins c'est ce que pensais Slyx.

Sentirais t-il que celui-ci n'avais pas de cœur? Il voulais a tout prix évité le combat, faute de pas connaitre ce que ceux-ci pouvais faire et surtout il n'avait aucune idée de se que la ville pouvais ressembler.Il devais donc se rendre aussi a ce balcon qu'il voyait au loin,puisque les barrières bloquaient probablement le seul accès à l'horloge, pour avoir une vue d'ensemble sur la ville...

Il eut une idée, en espérant que celle-ci fonctionne. Il allais passé devant le musicien et tenté d'atteindre le balcon, en espérant que ceux-ci ne l'aborde pas et remarque rien, croyant que se serais qu'un citoyen qui souhaitais être tranquille, au bord de celui-ci.C'étais risqué, mais il devais tenté. Il pourrait attendre que ceux-ci s'en aille, mais Slyx ne pouvais savoir combien de temps cette barrière allais resté et il n'avais pas de temps à perdre.Il décida alors de se lever et d'avancé tranquillement pour ne pas éveillé trop de soupçons.S'avançant ni trop vite ni trop lent,Slyx pénétra dans la place.

Maintenant qu'il était entré, impossible d'en sortir pour le moment.De toute façon il savais qu'en entrant il allait être prisonnier... mais combien de temps?Là étais la question. Les trois personnages ne l'abordèrent même pas,mieux ils ne semblaient même pas l'avoir vraiment remarqué!D'un autre sens,c'étais compréhensible.Ces hommes semblaient juste d'avoir terminé un combat.Alors ils avais probablement d'autre soucis à s'occupé que de s'attardé sur un nouveau comme Slyx.Tant mieux, comme ça Slyx était libre de ses mouvement, du moins dans cet endroit.

Il s'approcha alors du balcon pour pouvoir observé du mieux qui le pouvais ce nouvel endroit. La vue étais tout simplement magnifique, mais il ne pouvait pas trop s'attardé à celle-ci. Mais en même temps, il était prisonnier de ces barrières... et surtout qu'il avais d'autres choses a faire, comme exploré de fond en comble pour finalement savoir ce qui pouvais bien se passé ici.Malgré que... étais-ce une bonne idée de cherché ce qui se tramait ici?Il réfléchit sur la question et en déduis que oui.Pour la simple raison que s'il s'était posé ici, ce n'étais surement pas pour resté dans le même endroit à rien faire!Et aussi, il avait la forte impression qu'en restant ici, il trouverait des réponses.

Du moins il l'espérait... Il regarda alors autour de lui, pour avoir une petite idée de où il allait se dirigé lorsqu'il pourrait sortir de cet endroit.Il remarqua une rue plus loin,il irait la visité quand ces barrières allais s'éclipser. Il s'accota alors sur le balcon du mieux qu'il le pouvait, avec l'idée d'attendre que celles-ci s'enlèvent et d'ici là, il aura le temps de se reposé les idées et de faire un point sur tout ce qui c'étais passé jusqu'à maintenant! Il avait bien fais d'atterir ici, la vie semblais très mouvementé dans cette ville. Il avais peu découvert jusqu'à maintenant, mais si le combat faisais rage dans cet endroit, alors ça voulais dire qu'ici, on ne lésinait pas sur les choses ici! C'est sur cette pensé qu'il regarda une fois de plus la vue sublime qu'on avais à partir de ce balcon...
Revenir en haut Aller en bas
Xemnas
Le Supérieur
Le Supérieur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 796
Age : 24
Localisation : ...
Emploi : ...
Loisirs : ...
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   5/2/2010, 20:47

Toujours sur cette place après avoir détruit ces Similis venus pour " embeter le monde ", Naxyld fixait étrangement la boule de poil. Il se disait qu'elle cachait plus de chose qu'elle ne voulait le faire croire. Le Guerrier ne parlait bien sur , pas de son physique, de ce qu'il voulait nous dire mais sur ces pouvoirs. On a appris a Naxyld qu'il ne fallait jamais negliger le pouvoir d'un être très petit ou que se soit. Apparement c'était vrai puisque les paroles qui suivirent montrait qu'il voyageait beaucoups.

-Contrairement a ce que tu pensses, je te comprend très bien, kupo !Après avoir autant voyagé, des langues, j'en parle une quinzainne differentes, kupo... Je vais te donner mon nom pour que tu cesse de m'appeler "Boule de Poile" : Je m'appelle Mogy, et je suis un Mog !Merci de m'avoir défendus, kupo !

Il le disait lui même dans son dialogue mais une quinzine de langues... En existait-il autant ? Il devait donc exister plusieurs monde en plus de celui de Naxyld et de celui-ci.
Puis après avoir finis cette phrase, il en débuta une autre qui mentionnait son vrai nom.
Le Guerrier l'avait certes appeller " boule de poil " mais c'était par rapport a son physique. Maintenant, ce... Mog nommer Mogy allait peut-être nous en apprendre plus. S'il voyage beaucoup, peut-être connait-il celui-ci ? Ou mieux, celui de nos adversaires ?
Enfin, ce n'était qu'une boule de poil... Q'un Mog de préference. Et Naxyld ne pensait pas qu'il puisse savoir plus de nous s'il se dirigeait vers ses Similis. Conclusion, il ne connait pas ses Similis et donc nos ennemis : L'Organisation XIII. Pour en être certain, il fallait lui poser la question, ce que Naxyld s'appreta a faire.

- Dis, Connais-tu le monde ou vivent l'Organisa...

Couper en pleine phrase, Frederic était venu l'effleurer pour attirer l'attention vers lui. Il fallait bien entendu partir mais le Guerrier avait vu comme le Musicien, les routes étaient barrées par ces murs invisibles que l'on ne peut casser. Apparement, le Guerrier d'Eclypse ne voyait pas de solution... Si ce n'était que de s'en aller par les airs... Mais il fallait pouvoir voler pour y arriver, ce n'était aps dans les cordes du Guerrier et Frederic, lui... Naxyld doutait qu'il avait ce pouvoir, ce n'est qu'un Musicien, pas un Magicien, nuances.
Mais c'est a ce moment précis que Naxyld remarqua une personne différente des autres. Elle portait des vêtements très étranges et c'est pour cela que Naxyld prefera l'ignorer. On ne lui causait aps d'ennuis et nous non plus, nous n'avions pas de raison de l'attaquer ou même de lui parler. Le Guerrier n'avait même pas refechi a cette personne ( Slyx ), s'il faisait partis des Citoyens.
En parlant de Citoyens, il étaient tous indemne, aucun mort, pour Naxyld, c'était un bon début. Début certes puisqu'il fallait encore proteger d'autres Citoyens. Il se rappella que ce Marluxia n'était aps le seul membre apparut dans la Cité. D'ailleurs, que fait Chronos en ce moment ? L'inquietude de Naxyld n'était pas dans ses habitudes et ce fut bizarre pour lui.
Il fallait se depecher et c'est là que revint le Musicien, il indiqua a Naxyld qu'on ne pouvait absolument rien faire. Tout cela par un signe négatif de la tête, autrement dit de gauche a droite... Attendre n'était pas la meilleure des solutions mais encore une fois, ce Marluxia nous a bien eu en nous faisant perdre du temps. Nous étions quatres sur cette place a attendre, même cette... Monstruosité si on pouvait la qualifier de telle ( Slyx ). Il ne restait donc qu'une chose a faire, est c'était dans les cordes du Guerrier, patienter.
Même si patienter faisait perdre du temps et que le temps est precieux pour proteger la Cité, nous ne pouvions absolument rien faire. Une attaque frontale sur la barrièe ne ferait que de nous épuiser.
La Situation était un danger, Naxyld abandonna quelques minutes le Mog et s'approcha de Frederic.

- Nous ne pouvons rien faire en effet si ce n'est qu'attendre mais le temps, nous pouvons le consacrer pour faire quelque chose.
En parlant de quelque chose, je parle de ce que l'on devra faire plus tard, continuons -nous toujours ensemble ou se séparer serait mieux ? La Vie des habitants de Cette Cité en dépend et nosu devons faire le bon choix, je suis normalement charger de proteger cette Cité et donc de combattre ce smembres mais s'ils sont plusieurs, nous ne seront surement aps assez, déjà que Chronos est pris...
Que t'indique ton... Bidule ?

Bidule n'était pas le mot approprié mais Naxyld ne s'en aperçu qu'après malheureusement. Capteur aurait été le mot juste. Et c'est la dessus que tout reposait. S'il y avait plusieurs membres, la séparation sera surement immediate, sinon, nous continuerons une chose mais...

- Si je te demande cela... C'est aprec que tu es Gardien, ce n'est pas moi le responsable, Si je fais la bêtise de partir, tu sera enu comme responsable et je ne souhaite aps cela pour que dans la suite, tu sois dans une mauvaise posture et la Cité avec. C'esta toi de décider par toi-même.
J'aurais jamais cru dire cela un jour mais... Il faut suivre ce que dis son coeur comme on dit.

Toutes ces paroles dite par le Guerrier ne le rendait aps plus sympatique ou plus joyeux, il avait toujours ce visage serieux et il ne montrait aucun sentiments. Il n'a d'ailleurs pas fixer le Musicien los de son dernier discours. Des paroles en l'air ou bien prononcés ? Frederic pouvait penser ce qu'il veux. C'était le choix, la réponse qui comptait...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.khisland.info
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   6/2/2010, 23:19

Le mog était donc un marchand ? Plutôt étrange, étant donné que la petite peluche blanche ne semblait rien porter sur elle sinon la mystérieuse sphère constituant son unique bien, et qui, pour le moment, n’avait rien montré de particulier pour que l’on puisse lui donner une autre appellation que ‘sphère suspecte’. Bah ouais, c’était quand même suspect que le mog affirme qu’il était commerçant, mais qu’il ne porte qu’un unique artefact sur lui. Venant visiblement d’arriver à la Cité du Crépuscule, la petite créature ne pouvait avoir rangé son stock dans un autre endroit de la Cité, puisqu’il affirmait lui-même ne pas s’être établi, et qu’il comptait le faire. Le cœur du problème – si on pouvait appeler ça un problème – résidait donc dans cette sphère, qui devait soit avoir une très grande valeur financière pour que cela suffise à être vendu à prix d’or, soit permettre au mog de garder ses affaires quelque part sans avoir à tout transporter – ce qui aurait été fort peu pratique pour une créature comme celle-ci. Frederic penchait plus pour la deuxième possibilité, mais il se garda toutefois de poser la question au mog, d’abord parce que cela était indiscret, et ensuite parce qu’il n’en eut pas l’occasion, ayant été immédiatement pris à part par Naxyld qui semblait posséder un tel sérieux vis à vis de la conversation à venir que C. Zelig en craignait presque l’annonce de la fin du monde – ironie, quand tu nous tiens… Le pauvre mog devait d’ailleurs se sentir frustré – ou pas, s’il n’était pas le moins du monde susceptible, mais cela avait été démenti quelques instants plus tôt – de voir son interlocuteur se dérober sous ses yeux pour aller parler en privé avec quelqu’un d’autre, et ce sans excuses ni explications. Le musicien retint un soupir, songeant que Naxyld et la délicatesse faisaient bel et bien deux. Il avait déjà gaffé avec Twilight, et même maintenant, il ne se comportait pas comme l’être le plus attentionné au monde. Loin de là, mais bon, on lui pardonnait bien volontiers. Enfin, Frederic le lui pardonnait bien volontiers – avec un peu de persévérance/patience/chance/courage, peut-être que Frederic arriverait à améliorer le comportement du guerrier… mais bon, ce n’était pas pour tout de suite. Mais bon, la situation n’était pas non plus désespérée, vu que le guerrier d’Eclyspe n’était pas allé jusqu’à sauter sur l’unique personne qui était sortie de la Gare centrale, drapée de gris et de noir, qui cherchait visiblement à se faire plus discret que d’autres et qui ne devait pas être d’humeur à causer. Si tels étaient ses désirs, C. Zelig n’allait pas non plus s’amuser à embêter tous les passants, téméraires ou non. Mais, maintenant qu’il y pensait, le type aux cheveux roses avait quand même bien calculé son coup : toutes les personnes à l’intérieur de la Gare ne pouvaient plus accéder au centre-ville…

Bref, revenons-en à la délicatesse incarnée, autrement nommée Naxyld. Ce dernier ne devait pas être le premier à vouloir se tourner les pouces dans cette Cité, puisqu’il proposait, en d’autres termes : puisqu’on fait rien, autant faire quelque chose, même si ça revient à ne rien faire. Ca semblait paraître être très… constructif à première vue. Ceci dit, ce n’était pas non plus si inutile que cela puisque cela leur ferait un bon moyen de patienter, même si Frederic ignorait si la discussion pourrait aller très loin sans sa voix. Répliquer par écrit n’était jamais aussi spontané qu’à l’oral. Enfin bon, on ferait avec, même si Frederic se demanda un instant quel sujet Naxyld voulait évoquer. Sûrement pas la couleur des poissons rouges. Et effectivement, le guerrier d’Eclypse s’était lancé dans le genre ultrasérieux en parlant, attention accrochez-vous, de l’avenir – eh ouais, ça fait classe, dit comme ça. Question existentielle : le guerrier et le musicien devaient-ils rester ensemble ? Eh beh, Frederic ne pensait pas que le jeune homme au regard bleuté était aussi porté sur l’avis des autres quant à ce que lui-même devait faire. L’avait-on guidé toute sa vie dans son monde d’origine pour qu’il soit ainsi ? Mystère, et le musicien n’allait sûrement pas lui poser la question. Pas aussi directement, en tout cas. En fait, ce n’était même pas ses oignons, et rien ne disait que Naxyld se comportait de la même manière dans ce monde qu’à Eclypse. Mais apparemment, il n’était plus question de retourner à Eclypse – même si Frederic ignorait si la question s’était posée ou non. Mais le guerrier prenait visiblement à cœur le devoir que lui avait confié Twilight vis à vis des habitants de ce monde, et sa réflexion semblait plus être amenée par un souci d’efficacité que d’orientation vis à vis de ses objectifs et de ceux qui l’entouraient. Cependant, le magicien pensait avoir une réponse rapide à la question du jour : ça dépend. Et ouais, ce n’est ni profondément philosophique, ni profondément compliqué. Si la situation requérait une intervention séparée de ceux qui protégeaient la Cité, Frederic n’hésiterait pas à se séparer du guerrier – même si, pour le moment, la présence d’un combattant physique le rassurait légèrement. Et si la situation requérait une action commune de la part des défenseurs de la Cité, le musicien ne voyait aucun problème à agir avec le guerrier comme il le faisait à présent. De toute façon, même si les deux hommes se séparaient, cela ne signifiait pas qu’ils ne se reverraient jamais… ou que leur relation repartirait à zéro. Pur cette fois, le guerrier d’Eclypse se posait peut-être trop de questions existentielles… Mais peut-être était-ce dû au fait qu’il n’était pas encore habitué à sa condition. Et Frederic ne s’en sortait pas mieux de ce côté-là, même s’il ne laissait pas apparaître son malaise.

A l’évocation du ‘Bidule’, Frederic sortit de nouveau le capteur que lui avait confié Twilight, un petit sourire amusé se dessinant sur ses lèvres. Le terme n’était pas vraiment bien choisi, mais l’idée y était, et l’important était que le musicien l’avait saisie. Celui-ci écouta attentivement le guerrier d’Eclypse poursuivre ses propos, qui était visiblement soucieux quant à l’avenir et à la conséquence de ses actions futures. Le sourire qui était présent sur les lèvres du musicien persista, mais cette fois-ci, ce n’était pas dû à l’amusement. C’était qu’il était gentil, dans le fond, le guerrier… C’était surprenant sans l’être puisque le jeune homme aux yeux bleus avait déjà fait preuve une fois de son altruisme en proposant sa protection à celui qui l’avait soigné. Le visage du guerrier était toutefois vide d’expression, sérieux, montrant que ces questions-là préoccupaient bien majoritairement son esprit… Le magicien planta son regard couleur onyx dans celui bleuté de son compagnon, mais au moment où il allait rematérialiser sa baguette pour répondre à la question de son interlocuteur, quelque chose l’en empêcha. Le quelque chose, c’était une sensation, de nature magique. Le trouble du musicien ne dura que quelques dixièmes de secondes, et le dixième suivant, il répondait à la question de Naxyld :

- Cela est autant valable pour moi que pour vous… Votre compagnie est appréciable, mais si vous décidez de partir, je ne vous en tiendrai pas rigueur… Pas plus que Twilight le fera, il me semble.

Bon, sur ce coup là, il s’avançait vachement, mais le musicien ne pensait pas que le Maire soit le genre d’homme à reprocher à des gens venant d’un autre monde de ne pas défendre celui-ci au lieu de vaquer à leurs affaires personnelles. En fait, c’était plutôt étonnant qu’autant de personnes originaires de mondes différents se dévouaient à la protection d’une Cité qu’ils ne connaissaient que parce qu’il y avaient probablement atterri par erreur. Mais bon, il fallait plus s’en réjouir que déplorer ce fait… Et sûrement que toutes ces personnes si dévouées ne l’étaient pas entièrement par altruisme… Si Naxyld décidait d’agir comme il l’entendait, même en voulant protéger la Cité, on n’allait sûrement pas crier à l’hérésie…


- Moi aussi j’ai le devoir de protéger cette Cité, en tant que Gardien… même si je dois vous avouer que j’ai encore bien du mal à me sentir à l’aise dans cette fonction, en dépit des apparences. Il y a cependant autre chose que le Maire dans cette Cité qui me semble avoir besoin d’aide, même si j’ignore précisément de quoi il s’agit. Enfin, revenons à notre sujet…

Le musicien posa son regard sur le petit écran du capteur de Similis, sur lequel il se trouvait toujours trois points rouge indiquant la présence d’êtres dépourvus de cœurs dans la Cité. Cependant, ces derniers semblaient s’être déplacés, et avoir changé radicalement d’endroit. Plus aucun Simili ne se trouvait dans le Manoir, là où il y avait eu urgence lorsque Twilight avait envoyé son message. Soit l’affaire avait été réglée, soit… il était arrivé malheur. Le musicien chassa cette pensée de son esprit, mais celle-ci revint au triple galop lorsque C. Zelig se rendit compte que deux des êtres non-existants s’étaient réunis à la Place des Fêtes… là où Twilight s’était rendu, selon son message. Le dernier des Similis traînait non loin de la Place de la Gare, juste dans la rue qui y était adjacente, en fait. Il ne semblait toutefois pas se diriger vers l’endroit où se trouvaient Frederic et Naxyld. Le musicien leva les yeux vers le mog.


- Ce cher Mogy doit se demander ce que nous fabriquons, fit-il de façon à ce que le mog l’entende. Je vous prie de nous excuser, c’était très impoli de notre part. Naxyld, notre manière d’agir dépendra des circonstances, mais pour le moment, on ne peut pas faire grand chose, étant bloqués ici…

Le musicien s’approcha de nouveau de la petite créature blanche, qui avait été délaissée pour une minute tout au plus – ce qui n’excusait toutefois pas la manière dont Naxyld s’était comporté, mais passons. Qu’il le veuille ou non, Mogy était à présent un citoyen de ce monde, temporaire ou non, et il était du devoir de Frederic de l’avertir et de le protéger du danger de ce monde paisible aux premiers abords.

- D’ailleurs, le jeune homme ici présent répond au nom de Naxyld, quant à moi, à celui de Frederic C. Zelig. Mais laissez-moi vous prévenir que cette Cité n’est pas aussi paisible qu’elle a l’air de l’être, puisqu’elle est la cible d’attaques d’êtres dépourvus de cœurs, des Similis comme vous en avez vus quelques minutes plus tôt. Vous n’avez, si je puis dire, peut-être pas choisi le meilleur endroit pour un commerce tranquille…

Le musicien posa de nouveau son regard sur Naxyld, s’efforçant de réfréner son inquiétude. Trop peu d’informations étaient à leur disposition pour qu’ils puissent exactement savoir dans quelle situation se trouvaient les différents Gardiens de la Cité, Twilight compris. D’un mouvement souple, le magicien lança le capteur à Naxyld de façon à ce qu’il puisse le rattraper facilement et lire ce qui s’y affichait, à savoir la position des différents Similis dans la Cité. L’emploi de l’objet était intuitif, et le guerrier n’avait de toute façon qu’à lire ce qui s’y affichait.


- Nous avons un problème… Twilight se trouve à la Place des Fêtes. Et nous sommes toujours bloqués ici…

Vu le nombre de Similis présents dans la Cité, mieux valait que les deux hommes restent ensemble, selon Frederic, puisque celui-ci ignorait s’ils étaient capables de tenir tête à un membre de l’Organisation seul, chacun de leur côté. Il garda toutefois la réflexion pour lui, soucieux de ne pas trop étaler leur impuissance devant le mog…

- Si je le pouvais, je vous dirais de vous mettre à l’abri le plus rapidement possible, mais ce n’est visiblement pas une option, s’excusa le musicien envers Mogy.
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
Mog
Lvl 26
Lvl 26
avatar

Masculin
Nombre de messages : 552
Age : 23
Localisation : Kupo ?
Emploi : Kupo !
Loisirs : Kupooooo !!!!
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   6/2/2010, 23:57

Mogy qui écoutais attentivement tous ce que disaient les deux personnes, les regardas alternativement. Apparament, il devaient parler de quelque chose d'assez important, le mog fit vite exclu du sujet de conversation... Mais que pour peu longs car le Musicien lui adressa la parôle sur un ton d'excuse peu de temps après... Mogy appris leur noms. L'homme aux vetements de musicien portais pour nom Frederic C.Zelig, Et la seconde personne se prénommais donc Naxyld... Mogy aurais put trouver ces noms bizards, mais a force de voyager, des noms bizards, il eu le temps d'en voir... Mais apparament, le problème n'étais pas le noms, car la personne nommé Frederic lui fit part de l'etat de "pression" de la citée, sous de nombreuses attaques de types similis...
Il s'en étais déjà rapidement rendus compte...
Mais il n'étais pas forcément mauvais pour les affaires d'avoir autant d'action dans son secteur de commerce, quelle qu'elle soit... Et ça, tout bon commerçant le sais...
Apres les derniers mots qu'eut dis le musicien, Mogy reflechis en regardant sa sphere, un peu grosse pour tenir dans une main de Mog, car elle faisait quand meme un diamètre de 6 centimetres, d'une couleure bleu Azur profond..


-Effectivement, se mettre a l'abris n'est pas dans mes options, mais je ne suis pas fous non plus pour aller comme vous, au combats, un mog vas rarement au combat, a part les rares mages de notre râce, Kupo... Ce que je compte faire, c'est installer un commerce, comme j'ai peut etre déjà eu l'occasion de vous le dire, et d'alimenter cette ville en ce qu'elle a besoin, Kupo... Apparament, il y a du combattants içi, ce seras très bien, je pourrais leurs vendres des remontants et des armes même !Et si ils veulent vraiment du puissant, je maitrise la synthèse, Kupo... Mais pour ce faire, il faudrais déjà que je visite cette cité, trouver son endroit où le commerce floris bien... Un sorte de centre, il dois y avoir un quartier convenable dans cette magnifique citée... Kupo ?

A la fin de sa prise de parôle, Mogy sen rendit compte que ce qu'il disait étais peut étre un peu personnel, et que ça n'interesserais surement pas les guerriers... Mais en plus, Mogy sse rendit aussi compte de ce qu'il avait dis, et de la maniere implorieuse dont il l'avais dit, comme s il demadais de l'aide... Ce que ne voulais surtout pas le mog... Il manquerais plus que ça : gener des combattant, qui avaient l'air d'étre en urgence, surtout qu'ils étaient déjà coincés... Lui aussi étais coincé...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.koreus.com
Slyx
Lvl 28
Lvl 28
avatar

Masculin
Nombre de messages : 606
Age : 24
Localisation : Au gré du vent, à la recherche de cette vérité...
Emploi : combattre, pour ma vie
Loisirs : Me laissez emportez par ses pensées sans fond, avançant espérant trouvez ma réponse...
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   7/2/2010, 03:56

Sortant finalement de ses pensées, Slyx fit un point sur tout ce qu'il avait vu jusqu'à présent pour se faire une petite idée de ce qui se tramait ici. Première chose, cet endroit était dangereux. Cela ne causait pas vraiment de problème à Slyx... Ce qui le poussait à dire ça? Lorsqu'il avait descendu du train, il avait aperçu deux autres personnes qui semblaient avoir un problème particulièrement délicat. Aussi, leurs habits n’étaient pas comme les autres habitants qu'il avait croisés dans le même endroit. Donc il était probablement des combattants eux aussi... comme avec ceux avec qui il était prisonnier en ce moment. Ce qui amena à sa deuxième déduction, celle qui il avait une guerre qui faisait rage. Pas une guerre n’emplit de guerriers, mais une guerre avec un gros enjeu. Mais que pouvait bien être cet enjeu… Slyx se retourna et les regarda, probablement que ceux-ci savaient pourquoi… Il pourrait leur demander, mais il ne vit pas en quoi cela pourrait l’aider. Par contre, une information en plus ne serait pas de refus, surtout qu’il ne connaissait rien de cet endroit et pouvait très bien se tromper avec ses petites déductions fait avec le peu qui avait vu jusqu’à présent. Surtout que si le jeune Slyx se retrouvait ici, c’est principalement car quand il avait vu ce Monde, quelque chose en lui l’avait poussé à en savoir plus et il sentait que ce Monde renfermait plusieurs secrets avec plusieurs réponses…Cela lui suffisait à vouloir explorer ce Monde. Slyx regarda alors les trois personnes, espérant les voir faire quelque chose pour détruire ces drôles de barrières qui bloquaient le passage. Il ne pouvait rester éternellement là, à regarder la vue et attendre que le temps passe! Hors il ne pouvait pas faire grand chose
d'autre.... à part aborder ceux-ci pour leur demander s'il y avait solution pour sortir d'ici au plus vite! Malgré qu'il l'aurait probablement déjà fait s'ils auraient une solution. C'est alors qu'un des guerriers, celui qui était aux cotés de cette chose avec des ailes, s'avança vers le musicien. Il entama alors un petit discours dont Slyx n'y comprena rien, compte tenu de la distance qui les séparaient. Lorsque le guerrier sembla terminer de lui parler, le magicien tenait quelque chose dans ses mains. Finalement il s'avança vers la boule de poils. Ils se mirent à discuter.... Slyx se demandait bien de ce qu'ils pouvaient bien parler! Aussi, la sphère que tenait la chose, Slyx se demandait bien comment celle-ci pouvait se nommer, intriguait le jeune homme. Peut-être qu'avec ça il pourrait briser les barrières? En parlant des barrières, Slyx s'approcha de celle qui bloquait l'accès à la rue. Il tenta de passer sa main, mais celle-ci fut bloquée. Malheureusement, les barrières semblaient toujours aussi solides que depuis son arrivé. Slyx se retourna et regarda en direction des trois hommes. Il hésitait à aller les voir, puisqu'il ne connaissait pas ce qu'allait être leur réaction. Le guerrier serait peut-être plus facile à approcher, puisqu'il était légèrement éloigner des deux autres. Finalement, Slyx s'avança vers le guerrier espérant que celui-ci ait une bonne réaction envers Slyx...Arrivé à la hauteur du guerrier, Slyx remarqua l’objet que tenait le magicien tout taleurs dans ses mains. Ne faisant pas plus attention que cela, il lui posa cette question qui le titillait depuis qu'il était arrivé dans la place.

-Savez-vous combien de temps ces barrières vont durer? Car sa serait dommage de rester la indéfiniment...Mais vous devez déjà le savoir. Toutefois, si vous avez besoin de mon aide je ferai de mon mieux car je crois que je ne me trompe pas qu’on a tous un objectif en commun en ce moment. Sortir d’ici et faire ce que chacun à a faire…

Le peu de secondes que cela avait duré, Slyx avait regardé droit dans les yeux du jeune guerrier, n’affichant aucune émotion. Il ne voulait pas qu’il croie qu’il était intimidé mais il espérait juste que le guerrier ne prenne pas ça pour un affront. Slyx ne savait pas en quoi il pouvait aider, mais en les abordant non seulement il aurait peut-être une réponse mais aussi il pourrait peut-être en apprendre plus sur cet endroit. Pure précaution, il se tenait légèrement sur ses gardes, attendant la réponse du jeune guerrier. Après tout il était en infériorité totale, entouré par trois personnes. La pire chose que Slyx pouvait faire, c'était les sous-estimé. Même s’ils ne l’avaient pas attaqué lors de son arrivé, cela ne voulait rien dire et surtout on n’était jamais assez sur nos gardes. Par dessus tout, il ne savait pas ce que pouvait être la réaction de ceux-ci...


Dernière édition par Slyx le 7/2/2010, 21:27, édité 1 fois (Raison : paragraphe mal placé...lol....)
Revenir en haut Aller en bas
Xemnas
Le Supérieur
Le Supérieur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 796
Age : 24
Localisation : ...
Emploi : ...
Loisirs : ...
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   13/2/2010, 12:25

Patienter, patienter, patienter... Le Guerrier originaire d'Eclypse était peu-être patient mais il y a des limites a tout. C'est e effet pur cela qu'il a engager une discussion envers son collègue si l'on peut dire. Des questions, si l'on ne faisait que cela, il y aurait certes des réponses. Esperons...
Ce n'est qu'après un petit moment que le Musicien finit par répondre aux question du Guerrier. Il ne tenait donc pas rigueur que je ne partes ou non... Pas plus que le Maire d'ailleurs. Cela choqua un peu Naxyld mais il est vrai que c'est lui qui décide de son avenir et non les personnes autour de lui.C'est d'ailleurs sur cette pensée que Naxyld décida de s'orienter.
Cepandant, Frederic continua de parler et ce qu'il dit n'était aps peu interessant...

- Moi aussi j’ai le devoir de protéger cette Cité, en tant que Gardien… même si je dois vous avouer que j’ai encore bien du mal à me sentir à l’aise dans cette fonction, en dépit des apparences. Il y a cependant autre chose que le Maire dans cette Cité qui me semble avoir besoin d’aide, même si j’ignore précisément de quoi il s’agit. Enfin, revenons à notre sujet…

Quelque chose clochait... S'il ne se sentait pas dans son uniforme de Gardien et qu'il en sait même pas qui aider... Pourquoi avoir accepter cette tache ? Naxyld était d'accord sur le fait que Twilight n'était pas la seule eprsonne a proteger, ni cette Cité par la même occasion mais le coeur de toutes ces personnes, la lumière a l'interieur de chacun de nous...
Le Guerrier n'en revenait pas, avoir penser cela n'était pas de son habitude, ce monde changeait-il son point de vue ? Sa manière d'agir, de penser ?
C'était le cas pour l'instant, Et il fallait donc agir par qui bon l'entend, c'est a dire par soit même. Il fallait donc partir d'ici mais quitter le Musicien comme ça ne se faisait pas...
Naxyld continua d'écouter son partenaire qui s'xcusa ensuite auprès du Mog. Il voulait faire un commerce tranquille mais vu la situation... C'était raté ! Choisir ce monde était une erreur, tout comme toutes ces personnes sont venus ici... C'est une erreur qui ne devait pas se faire. Nous ne savons même pas pourquoi nous sommes venus ici. Et c'est donc pour cela que Naxyld, après avoir laisser Frederic se présenter ainsi que me présenter au Mog, finit par reprendre la parole.

- J'ai quelque chose a faire de Personnel a faire de mon coté. J'essayerai de vous rejoindre dès que possible.

Frederic avait très bien entendu ces paroels mais avait tout de même continuer a parler au Mog. Il reflechissait surement et a quoi bon... Partir, c'était son choix et personne ne devait lui enlever ce choix. Chacun suis son chemin, seul... Ou a deux...
Et s'est en tournant le dos au Gardien de la Cité que Naxyld put voir cette homme ( Slyx ) s'approcher qu'il finit par voir qu'il n'était pas non plus de ce monde. Son accoutrement, et puis il n'était aps du tout quelqu'un de discret. Au contraire.
Il avait poser une question luia ussi, peut-être trouvait-il el temps long et le Guerrier décida d'ignorer ces paroles stupides deja poser d'une autre façons par le Guerrier originaire d'Eclypse lui même. Ces barrières ne s'enleveront donc jamais ! Et ce Citoyen ( Slyx ) qui regardait Naxyld pendant qu'il parlait. Un Defi ?! Non, et puis, trop faible pour affronter qui que se soit... Il ne manquait plus que ca. Et Le Guerrier, mécontent de son approche parmis tout ce petit monde lui retorqua avec regard glacial...

- Question deja poser auparavant, ou plutot il y a quelques secondes... Mais ce n'est pas de votre fautes certes. Ces barrières s'ouvriront toutes seul, nous ne pouvosn rien faire. Quand s'ouvriront-elles ? La Patience nous le dira bien assez tot.

Sur ces paroels, Naxyld décocha son regard du Citoyen et le détournad'un mauvais regard. Il regarda a son tour les barrières, il fallait tout de même aller vite pour pouvoir rejoindre le Musicien plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.khisland.info
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   14/2/2010, 02:23

Le guerrier d’Eclypse n’avait, en premier temps, pas réagi oralement aux propos du musicien, mais peut-être était-ce uniquement dû au fait que celui-ci ne lui en n’avait pas laissé le temps. Alors qu’il avait averti le mog des dangers de la Cité, Frederic s’était demandé si il avait bien fait de confier ses doutes et ses impressions à Naxyld, qu’il ne connaissait après tout pas tant que cela, et qui pouvait très bien perdre confiance en son partenaire suite à ces révélations peu engageantes vis à vis des ressentis de C. Zelig. Ce dernier ne montra toutefois aucun signe de son doute, même il s’était mêlé à son inquiétude précédemment déclenchée par ce qu’il avait vu sur le capteur et mis en relation avec la situation du Maire. Le guerrier ne tarda toutefois pas à faire connaître sa décision à C. Zelig entre deux propos adressés au mog, évoquant des affaires personnelles à régler… Et, aussi étrange que cela puisse paraître, Frederic se sentit quelque peu soulagé par la décision de Naxyld, qui finissait par s’occuper un peu de lui-même, à présent. C’était une chose que ne pouvait reprocher le magicien aux gens, et au contraire, il encourageait plutôt les autres à le faire. Par ‘affaires personnelles’, Frederic n’avait aucunement l’intention d’en savoir plus sur ce à quoi pensait le guerrier d’Eclypse, puisque ces affaires étaient justement personnelles, et qu’elles ne regardaient que Naxyld. Ce dernier allait enfin agir, au moins une fois, comme son cœur lui disait d’agir… En suivant ses désirs, ses pressentiments, et en cessant de se préoccuper des autres – et même si cela paraissait être égoïste dit ainsi, C. Zelig pensait que c’était une bonne chose que cela arrive. Et même ainsi, le bon fond de l’âme de Naxyld était perceptible puisque celui-ci souhaitait rejoindre ceux qui défendaient la Cité une fois ses problèmes réglés.
Le musicien reporta son attention sur Mogy, qui poursuivait ses explications sur son métier et sur ses projets d’avenir. Apparemment, la petite créature blanche et dotée d’un pompon rouge avait l’intention d’établir son commerce malgré les mises en garde prononcées par le Gardien, sans pour autant se jeter en plein dans les combats mais en, si Frederic avait bien saisi le truc, aidant ceux qui auraient besoin d’objets ou d’équipement afin de combattre ce qui menaçait la ville, et si les Similis étaient d’accord pour laisser le mog faire tranquillement ses affaires… Ce qui n’était pas totalement inintéressant puisque de ceux qui combattaient les Similis pour la Cité, il devait y en avoir qui avaient besoin de renouveler leur équipement, ou de se procurer des objets facilitant la défense de la Cité… Les qualités de synthétiseur de la petite créature n’étaient donc pas à négliger. Ce qu’évoquait le mog par endroit idéal pour son installation était probablement le Centre-ville de la Cité du Crépuscule, mais pour le moment, il était impossible de s’y rendre. En fait, on en était toujours au même point, il était impossible de se rendre nul part une fois entré dans cette Place piégée par un membre du XIIIeme Ordre, aussi magnifique la Cité soit-elle.

Une autre mélodie se faisant entendre aux oreilles sensibles du Gardien aux mélodies des êtres attira l’attention de ce dernier vers un homme tout de gris vêtu, s’approchant du guerrier originaire d’Eclypse. Le regard couleur onyx du musicien se posa sur cet homme dont le visage était dissimulé par une partie de sa cape grise, et son esprit se rappela que cet individu n’était nul autre que celui qui était sorti de la Gare quelques minutes plus tôt, n’ayant montré toutefois aucun désir d’interagir avec le guerrier, le musicien ou le mog. De ce fait, aucun de ces trois protagonistes n’avait prêté plus d’attention qu’un bref coup d’œil vaguement curieux à l’homme qui ne devait pas venir de la Cité du Crépusculaire vu la manière dont il était vêtu. Aucun honnête et inoffensif citoyen ne dissimulait ainsi son visage et se protégeait sous une cape sombre et des vêtements destinés à cet usage. En fait, cet homme ressemblait plus à un guerrier vagabond qu’à un citoyen ordinaire. Mais la mélodie que jouait inlassablement l’existence de cet être dictait autre chose aux oreilles de Frederic, des choses bien plus étranges… Cet homme était comme la jeune fille aux cheveux blonds qui était présente lors du deuil du défunt Auron… Cet homme était comme celui qui les avait enfermés dans cette place, réduisant ceux qui y étaient présents à l’inaction… Cet homme était comme les Similis, desquels ne se dégageait qu’une partition incomplète, ceci étant dû à l’absence de cœur au sein de ces êtres non-existants. Cet homme, si Frederic ne se trompait pas, était un Simili. Etait dépourvu de cœur. Le musicien tenta de ne pas faire ressortir la tension qui s’était soudainement accumulé en lui, sous le coup de la réalisation selon laquelle cet inconnu était semblable aux membres de l’Organisation. Il ne fallait pas prendre les choses comme elles paraissaient l’être au premier coup d’œil, c’était l’une des choses que le musicien avait apprises au cours de sa vie de trente et quelques années. Cet homme n’avait apparemment aucune intention de s’en prendre au mog, au guerrier ou au musicien. Tout comme la jeune fille blonde de la Colline du Couchant, qui était l’une des proches de Twilight malgré son statut de Simili, malgré son cœur manquant. Après tout, rien ne disait que le Simili était un être aussi simple que l’adjectif ‘dépourvu de cœur’, qui, en soi, représentait déjà une notion bien plus complexe. L’homme au visage dissimulé prit la parole, posant une question que devaient naturellement se poser tous ceux qui se trouvaient soudainement prisonniers de cette barrière mise en place par l’un des membres de l’Organisation, concernant la durée pendant laquelle ils seraient coincés ici… Une durée certaine, mais Frederic n’en savait pas plus, ses dons de magicien n’étant pas assez développés pour qu’il puisse déterminer ce genre de chose avec précision.

Le Simili avait apparemment fini par se rendre compte de l’inutilité de rester planté là tout le long de leur vie, mais Frederic ne voyait aucun moyen de sortir de là sinon d’attendre. Et ce fut Naxyld qui donna la réponse au Simili, avec un certain regard glacial qui manqua de peu d’arracher un soupir d’exaspération de la part du musicien. Vraiment, cet homme n’était pas fait pour la délicatesse… Surtout avec les gens qu’il ne connaissait pas. Enfin bon, le musicien ne pourrait pas changer cela en une seconde. Il ignorait d’ailleurs s’il pouvait changer cela tout court. Enfin bref, Frederic reporta son attention sur la suggestion de l’inconnu, celle d’utiliser son aide. Une aide… Les yeux de C. Zelig se fermèrent un bref instant, alors que ses pas l’éloignaient légèrement de l’attroupement formé par les quatre personnes présentes. Il pouvait percevoir, s’il se concentrait et faisait abstraction de tout, les particules d’énergie magique qui formaient la barrière, et ce pendant un bref instant. Le fait qu’il soit incapable de la briser en quelques instants provenait surtout du fait qu’il n’était pas assez sensible aux énergies magiques environnantes à la fois pour les utiliser et pour les briser. Mais s’il avait un peu…

"… d’aide ?"

Le regard couleur onyx du musicien se posa de nouveau sur le Simili qui venait d’offrir son aide. De nouveau, il prêta attention à la mélodie que lui seul pouvait entendre et qui caractérisait cet être. Puis il élargit sa perception, entendant la mélodie de Naxyld, puis celle de Mogy se mêler à celle du Simili… Et si… il arrivait à étendre cette perception au domaine de la magie ? Autrefois, la fée lui avait dit que la magie interdite qu’il avait utilisée mêlait musique et magie, alors pourquoi ne serait-il pas capable de le faire ? … Bon okay, il était loin d’être un mage d’exception, mais en ce qui concernait la musique… Le musicien tenta d’étendre encore plus sa perception des sons, et, sans qu’il ne s’y attende, il fut pris dans une véritable cacophonie de sons divers et variés, dont certains s’accordaient et d’autres restaient en constante dissonance. Et au milieu de tout ceci…

"De l’aide ? De la magie ? Aide-nous, et je t’aiderais. L’inspiration vient de ceux qui t’entourent…"

Une voix, un appel. Ce dont Frederic venait de parler à Naxyld, ce qui, en dehors du Maire de cette Cité, avait besoin de son aide. Alors, il l’écouta, tendit virtuellement sa main vers ce qui avait besoin de son aide. Ce ne serait qu’un début, ce n’était qu’un début, mais à présent, il avait une idée de ce qui avait besoin de lui.

Deux secondes au maximum s’étaient écoulées depuis que Frederic avait fait deux pas en arrière, se mettant en léger retrait par rapport au groupe. Ce laps de temps écoulé, un léger sifflement, produit par les lèvres du musicien, se fit entendre, prenant la forme d’une certaine mélodie agréable, qui persista lorsqu’un rayonnement blanc intense et aveuglant fut émis par le corps du musicien, qui fut englobé dans un dôme de lumière blanche qui éclata en morceaux quelques instants plus tard, alors que la mélodie continuait. Le rayonnement se dissipa peu à peu, laissant l’opportunité à ceux qui étaient présents de poser leurs regards sur le musicien… Qui n’était plus là. Enfin, à première vue. Se tenait là où s’était trouvé C. Zelig quelques instants plus tôt un homme de grande taille, aux cheveux longs, de même couleur que ses yeux, d’un violet évoquant l’améthyste. Deux bandes de cuirs ceignaient son front, une veste de couleur verte était passée par-dessus un haut violet et un pantalon blanc, rentré dans des bottes en cuir montantes. A ses poignets étaient passés deux bracelets or, s’accordant à merveille avec un anneau passé à son majeur gauche et à la chaînette reliant les deux pans de sa veste. Celle-ci était fermée au niveau du bassin par une large ceinture pourpre, et, pour finir, un livre bleu reposait dans la main de l’individu.
Celui-ci, le sourire aux lèvres, posa son regard améthyste sur tous ceux qui étaient présents, et déclara joyeusement, d’une voix identique à celle de Frederic :

- Alors les jeunes, besoin d’aide ? Œil pour œil, dent pour dent ! Ce que vous m’avez donné, j’vous l’rend !

Et, sans attendre la réaction de ses interlocuteurs, il fit volte-face, regardant la barrière magique bloquant l’accès la rue de la Gare avec un sourire de défi, et quelques instants plus tard, le même individu s’élevait dans les airs, par magie de lévitation, se mettant au niveau de la corniche sous l’horloge, sans toutefois aller y poser les pieds. Et, quelques instants encore plus tard, l’homme aux cheveux violets avait ouvert son livre devant lui, qui s’était mis lui aussi à léviter, et murmurait quelques incantations quasiment inaudibles, alors qu’une aura blanche se formait clairement autour de lui.

- Brise ! cria la voix de Frederic, s’échappant des lèvres de l’homme, qui s’était replié sur lui-même pendant un bref instant puis avait de nouveau étendu tout ses membres.

L’aura qui s’était formée autour du mage se dispersa sous forme d’une multitude de flèches blanches qui brisèrent comme du verre la barrière magique établie par le Simili à la faux. La barrière éclata, se brisant comme une vitre de verre, tandis que l’homme aux yeux violets regagnait le plancher de vaches avec une certaine prestance, la pointe de son pied droit touchant d’abord le sol, suivi par son autre pied. Il rattrapa son livre qui était ‘tombé’ en même temps que lui avec un grand geste de la main accompagné par un ‘hop là’ enthousiaste, puis il posa de nouveau son regard sur les trois individus présents en ces lieux.

- Allez, allez ! Roulez jeunesse ! ‘fin, si vous êtes toujours aussi pressés… Ah, et puisqu’on en est à l’état du trafic, faites gaffe à la rue de la Gare, un certain gugusse a sûrement entendu tout l’bordel que j’viens d’faire, poursuivit-il en jetant un œil au capteur de Simili qu’il sortit de l’une de ses poches.
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
Slyx
Lvl 28
Lvl 28
avatar

Masculin
Nombre de messages : 606
Age : 24
Localisation : Au gré du vent, à la recherche de cette vérité...
Emploi : combattre, pour ma vie
Loisirs : Me laissez emportez par ses pensées sans fond, avançant espérant trouvez ma réponse...
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   14/2/2010, 04:41

Le jeune guerrier retourna le regard que Slyx lui avait fais en le regardant, sauf que celui-ci semblait pas avoir apprécié car Slyx avait l'impression que ça l'avait énervé un peu plus car il lui répondit sur un ton qui ne se voulait pas très invitant. Au moins, il lui avait répondu et Slyx avait obtenu ce qu'il pensait: Ceux-ci était incapable de briser les barrières du moins, dans les compétences que ceux-ci avait en ce moment. Slyx espérait qu'il pourrait apporter de l'aide puisqu'il avait le même but qu'eux, sortir d'ici. Mais on dirait qu'il ne serait pas utile à grand chose après tout... Tant pis, au moins il avait essayer. Son interlocuteur lui avait dit qu'il fallait être patient, mais on dirait que c'était pas dans les cordes de celui-ci. Ce qui était comprenable, après tout c'était un guerrier et un guerrier, n'aime pas du tout rester en place surtout quand celui-ci est emprisonné.

Patienter... c'était dans les cordes du jeune Slyx, mais apparemment pas dans celles du guerrier. Sur cette pensée, Slyx esquissa un petit sourire qui était caché sous ses vêtements.Tout d'un coup le jeune Slyx se sentit observé, on ne l'observait pas que physiquement, mais mentalement et Slyx n'aimait guère cette sensation. Il se retourna subitement pour regarder celui qui l'observait, c'était le musicien! Son regard était perçant ce qui étonna car celui-ci semblait le fouiller et en même on aurait dit qu'il écoutait quelque chose. Quel genre de pensé traversait ce musicien en ce moment même? Pourquoi le regardai t-il autant? Soudain Slyx réalisa l'inévitable et fut horrifié de sa réponse, qui était probablement la seule. Il avait vu! Ce jeune musicien, savait qui était Slyx, il savait que celui-ci n'avait pas de cœur! Comment? Il en avait aucun idée, mais ce n'était pas tout le monde qui pouvait sentir cela. Quel genres de compétences pouvait avoir ce musicien... Slyx ne douta plus du coup les capacité de cet homme, mais cela n'arrangeait point les choses! Sauf que... Il ne semblait pas vouloir dévoiler son secret...

Soudain, le regard de l'homme changea, comme s'il avait trouvé une réponse a ce qu'il cherchait. Puis, il recula de quelques pas et une légère mélodie sortit de ses lèvres, agréable à entendre. C'est alors qu'une lumière éclatante sortit par tout les pores de la peau du musicien, aveuglant du coup Slyx qui mit sa cape en avant pour se protéger. La lumière se dissipa lentement, permettant à Slyx et aux autres de pouvoir observé le musicien qui en fait... n'était plus là! Slyx recula de quelques pas, prêt a tout! L'homme ne ressemblait plus vraiment à ce que l'autre était voilà maintenant quelques secondes... Plus du tout le même habit et surtout son comportement n'était plus le même. Il adressa soudainement la parole, comme si rien ne s'était passé!

- Alors les jeunes, besoin d’aide ? Œil pour œil, dent pour dent ! Ce que vous m’avez donné, j’vous l’rend !

Cette voix surpris le jeune Slyx tellement elle était emplit d'entrain et joyeuse. Du coté mentalement aussi sa avait changé... Mais qu'est ce qui s'était passé? Il semblait avoir complètement changé autant physiquement que mentalement! Surtout, que voulait t-il dire par cette phrase? À ce qu'il se souvienne, Slyx n'avait rien fait pour l'aider... Bah, il n'allait pas s'en plaindre, surtout s'il pouvait détruire ces satanés barrières! Il n'était probablement pas le seul à penser cela, il pensait aux deux autres compagnons, la boule de poil et le guerrier glacial. Il lâcha un petit rire sans émotion réelle en les regardant tour a tour, et c'est alors que le nouvel homme s'éleva doucement dans les airs pour atteindre finalement la hauteur de l'Horloge. Au moins, il ne semblait pas être hostile envers lui et les deux autres... Slyx ne voyait pas très bien ce qu'il pouvait bien faire là-haut, mais il était sure qu'il n'était probablement pas en train d'admirer la vue.

L'homme se replia sur lui, laissant une aura blanche se former de plus en plus. Puis, il se déplia laissant filer une multitude de flèche blanche qui allèrent directement s'écraser sur les barrières. On aurait dit que celles-ci était aussi fragile que de la vitre, ce qui n'était vraiment pas le cas! Pendant ce temps, l'homme était redescendu, se déposa tranquillement sur le sol et ramassa son livre. Il avait probablement fais une incantation ou quelque chose dans le genre. Tout ça accompagné d'un enthousiaste hors paire, mais qu'était t-il vraiment? Il avait tout simplement changé subitement sous les yeux de tout le monde et Slyx n'y voyait qu'une explication. Cet homme n'était pas seul, il avait laissé la place à quelqu'un d'autre peut-être? Non, sinon il n'aurait pas la même voix... De la magie, très avancé certes et que Slyx n'avait jamais vu auparavant. Le nouveau arrivant, si on pouvait l'appeler comme ça, adressa de nouveau la parole de son ton joyeux.

- Allez, allez ! Roulez jeunesse ! ‘fin, si vous êtes toujours aussi pressés… Ah, et puisqu’on en est à l’état du trafic, faites gaffe à la rue de la Gare, un certain gugusse a sûrement entendu tout l’bordel que j’viens d’faire!

Du trafic? Il parlait probablement de l'endroit où Slyx voulait se diriger, la rue de la Gare comme l'avait nommé l'homme. Cela l'inconvénient pas trop celui-ci, puisqu'il ne voyait pas en quoi il devrait s'en faire. Il regarda l'homme qui sortit un machin de ses poches, qui semblait avoir une certaine importance. Ne s'en faisant pas plus que ça, Slyx s'avança vers l'homme.

-Merci... d'avoir brisé ces barrières.

Il le regarda fixement dans les yeux, et lui dit une dernière chose.

-Et merci de ne pas avoir... Engager des hostilités envers moi...

Slyx ne savait pas si l'homme avait compris le sous-entendu qu'il avait tenté d'insérer discrètement. Du moins il l'espérait, car le fait que le jeune magicien qui était la auparavant et qui était probablement encore là mais complètement différent, avait remarqué que Slyx ne possédait pas de cœur, prouvait que celui-ci avait des capacités hors-paire... Peut-être que Slyx s'était trompé en arrivant à cette conclusion, mais cela l'étonnerait. Détournant son regard de l'homme, Il s'éloigna doucement, se demandant tout de même ce qui pouvait bien y avoir dans la rue de la Gare... Il n'avait pas laissé le temps à l'homme de lui parlé, après tout Slyx ne voyait pas
en quoi il pouvait être utile et sa ne servait à rien d'allonger une conversation qui ne ferait probablement que ralentir l'exploration du jeune homme. S'il avait vraiment quelque chose à lui dire, il n'aura qu'a le rejoindre à cette rue. Il arriva finalement a l'endroit ou était la barrière, puis traversa de son pas léger avec l'intention de retourner cette ville de fond en comble...


Place de la Gare=>Slyx=> Rue de la Gare


Dernière édition par Slyx le 19/2/2010, 20:58, édité 2 fois (Raison : j'avais pas mis écriture italique et fallait je coupe plus dans les paragraphes pour faciliter lecture.)
Revenir en haut Aller en bas
Mog
Lvl 26
Lvl 26
avatar

Masculin
Nombre de messages : 552
Age : 23
Localisation : Kupo ?
Emploi : Kupo !
Loisirs : Kupooooo !!!!
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   18/2/2010, 23:41

Mogy discutais tranquilement des ses intentions et de ses motivations au musicien nommé Frederic, lorsqu'il vit qu celui ci observais une personne que Mogy lui meme n'avais pas vue venir... Mogy se tut alors, voyant Fredic ce concentrer et faire quelques pas en arriere... Puis la suite eut très impréssioné le mog... Le son agréable porté par les lèvres du musicient accompagné d'une vive lumiere ébahit Mogy... La suite fut passée tellement vite qu'une personne qui avait remplacé Frederic se retrouvais a haute hauteur du sol, entrain de briser le mur transparent, et avec classe s'il vous plait !
Cette personne redéscendue, Mogy précédait a Slyx pour aller le remercier, mais il vit que Slyx ne lui avait pas que fais de remerciement... Mais le mog n'avait rien entendus...


-Merci de tout coeur de nous avoir fais gaganer du temps !Kupo !

A peine eut il remercié l'étrange personne, que Mogy apperçut son prédéseceur sortir a toute vitesse... Il le trouvait étrange, comme si un manque se logeais dans son fort interrieur... Enfin bon, que pouvais y faire une boule de poil ?Ce n'étais pas son problème... Il devais se diriger vers ce certains circuit du tram dont lui avait parlé Frederic peu avant sa transformation... Ce qui lui fit pensser qu'il n'aivais aucuns reperes dans cette ville... Une aide extérieure informée de la ville lui serait grandement favorable a son instalation... Du moin, pour la vitesse de l'exploration...Ceci réfléchis, Mogy se retournis et vit qu'il ne restais que Naxylld, et l'étrange personne remplacant le musicient...

-Je me demandais si, par hasard, quelqu'un passait par le circuit du tram, kupo ?Car si c'est le cas, j'aimerais bien l'accompagner pour aller plus rapidement dnas mes recherches, mais si ne vous y allez pas, ne vous y sentez pas obligés... Géner des gardiens en plein travail pluto urgent serais la derniere chôse qui me passerais par la tête... Kupo ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.koreus.com
Xemnas
Le Supérieur
Le Supérieur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 796
Age : 24
Localisation : ...
Emploi : ...
Loisirs : ...
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   27/2/2010, 00:04

Cette personne ( Slyx ) était vraiment étrange. Il paraissait comme un bonhomme ne savant pas ce qu'il veut cherchant son chemin. Mais cela se voyait : il n'était pas du coté du bien. Il avait un air froid, pas de sentiments. De ce coté il ressemblait a Naxyld et c'est pour cela qu'il voulait en savoir plus. Seulement, trop de monde se trouvait ici, ils auraient trouvés ses methodes brutes ou on-ne-sait-quoi. Il était special mais pouvait être aussi dangereux que ces membres rodant dans la Cité. Cepandant, le Guerrier n'avait pas les yeux rivés sur cet homme mysterieux non ! Son regard était plonger dans le vide, le néant.
Naxyld ne reflechissait pas au moment-même mais a son passé. La plupart des personnes disent qu'il faut se plonger vers l'avant, le futur pour construire une nouvelle vie. Mais c'est grace a son passé que l'on en a une, et on ne peut oublier les pires moments de sa vie ainsi que ses souvenirs. Il aurait fallu des miracles pour ne plus y penser. Mais c'était mauvais pendant cette situation ou tout les Citoyens étaient bloquer par un Mur. Un Mur qui finalement ne tardera pas a se briser puisqu'un évènement étrange finit par interrompre Naxyld dans ses pensées.
Il entendis des paroles vraiemnt bizarres ne semblant venir d'aucun d'entre nous. Quelqu'un d'autre ? Le Guerrier originaire d'Eclypse se retourna ne pouvant plus voir le Musicien mais un homme totalement différent a sa place. Serait-ce lui ? Aurait-il le pouvoir de se changer, se transformer ? Apparement, le pouvoir qu'il utilisa sur le Mur ne pouvait pas dire le contraire. Il réussit a briser ce mur qui semblait auparavant, dit par le Musicien, indestructible. Mauvaise réponse puisque l'on pouvait a prsent passer. Les mots que Naxyld avait entendu n'était que la fin des paroles de cet homme a l'apparence " adulte jeune ". On ne pouvait aps comprendre ce qu'il se passait, du moins pour Naxyld. Entre cette arrivée dans ce Monde inconnu, son passé, les membres, un Musicien transformer ou manger par cet homme... En effet, la tête du Guerrier était rempli et il fallait la vider pour reprendre ces esprits.

Ah, et puisqu’on en est à l’état du trafic, faites gaffe à la rue de la Gare, un certain gugusse a sûrement entendu tout l’bordel que j’viens d’faire.

Naxyld observant si l'on pouvait qualifier " Frederic ", il finit par s'approche de lui une fois que Slyx était partis.

Dites, Je ne sais pas ce que vous avez fait de Frederic ni si vous êtes " lui " mais il faudrait qu'il sache que je dois partir.

Presser Naxyld allait partir poursuivre Slyx mais le Mog derrière lui posa une question qui finit par le retenir ici. Poursuivre l'homme était donc impossible a présent, il devait être loin. Et avant que le gus qui nous a surement entendu d'après " Fredreric ", il faudrait s'en aller. L Guerrier n'était pas en état de combattre et la sécurité des Citoyens apssait avant tout, c'est a dire la sureter de la boule de poil.

- Je ne suis pas Gardien et je peux vous accompagnez pour le Circuit du Tram. On a dut surement nous entendre avec ce rafus. Il ne faudrais pas qu'un membre ou autre ne vous trouve et qu'il vous fasse du mal...
Essayer de me suivre de près, on ne sait jamais.

Naxyld avait pris la peine de vouvoyer le Mog. Sur le chemin, si nous sommes tranquilles, le Guerrier en profitera pour en savoir plus sur les ampletes du Mog. En attendant la direction a suivre était le Circuit du Tram au Centre ville. En partant, il veilla a ce que le Mog le suive et en passant devant la personne aux apparences étranges ( Frederic ), il le salua en signe de remerciement.
D'après ce qu'indiquais la pancarte - Naxyld peut se perdre souvent et prefere regarder les pancartes pour suivre le chemin - notre prochaine direction était le Centre ville-Rue de la Gare...

Place de la Gare ==> Naxyld, Mog ==> Centre Ville - Rue de la Gare.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.khisland.info
Enzo Suzaku
Lvl 60
Lvl 60
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2704
Age : 25
Localisation : Mystère
Emploi : Protecteur
Loisirs : Ca reste un secret
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   2/3/2010, 23:47

Gare Centrale => Vannell Ravenald, Enzo Heavenis => Place de la Gare

Enzo et Vannell sortirent de la Gare Centrale malgré quelques événements qui n'avaient pas d'importance aux yeux du Lieutenant de Flunion. Même si un souvenir qu'il avait dû se remémorer à cause de sa cécité mais cela était peut-être une chose voulue par son subconscient, Suzaku regarda le soleil couchant avec son oeil droit et cela avec admiration sans faire attention à ce qui se passait autour de lui…Il avait l'impression d'être en paix avec lui-même en regardant ce soleil alors il descendit lentement les marches et souriait de tout son être, il essayait d'être positif et de ne pas trop penser à des douloureux souvenirs. En réalité, ce dernier pensa à son avenir dans cette cité et surtout de ce qu'il adviendra; et enfin à un futur moyen de retourner dans son monde.
Le jeune homme ne faisait vraiment plus attention à l'environnement qu'il l'entourait et resta figer devant la beauté de ce soleil crépusculaire mais en plus, le sourire qu'il avait affiché sur son visage disparaissait lentement comme s'il se passait quelque chose à l'intérieur de lui…Qu'il se mit subitement à penser.

“-C'est vraiment magnifique et surtout apaisant ce couchée de soleil…Cela me rappelle tant de souvenirs avec mes amis, mon monde, mon aventure, mes combats et pleins d'autres choses…“

Cette pensée vers son monde donner envie à notre jeune Enzo de pleurer mais il ne pouvait pas retenir ses larmes…Ces larmes de joie qui coulaient tout au long de ses joues avant qu'il les nettoie avec son bras, il se retourna vers Vannell en pensant qu'il n'y avait personne sur la Place de la Gare.

-Dis Vannell, tu ne penses pas que ce soleil peut nous faire remémorer des souvenirs qui nous semblent lointain ?

Enzo montrait son plus beau sourire devant Vannell mais il pensait toujours à ce qu'il avait laissé derrière lui pour un moment voire tous ses amis qui devaient l'attendre avec impatience et il savait que le jour où il retournera dans son monde, il aura beaucoup de choses à leur raconter.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/ArgusPhenix
Vannell Ravenald
Lvl 12
Lvl 12
avatar

Masculin
Nombre de messages : 212
Age : 27
Localisation :
Emploi : Ex-Protecteur
Loisirs : S'inventer des aventures avec ses amis
Date d'inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   7/3/2010, 01:38

Vannell et Enzo étaient de retour à la Place de la Gare. C'était ici où Vannell s'était réveillé, un peu plus loin allongé sur le sol. Son regard se fixa au loin, précisément en direction du Soleil. Il était toujours aussi beau, comme à son arrivée, rien n'avait changé. Cela faisait pourtant assez longtemps qu'il avait quitté cette place, accompagné de Enzo quand décidèrent de visiter la Cité du Couchant. En parlant d'Enzo, ce dernier demeurait immobile, face à ce crépuscule qui s'offrait aux deux garçons. Il semblait pensif. Vannell ressentit un léger frisson remontant le long de son dos... C'est à ce moment même qu'Enzo se retourna, le sourire au lèvres. Ce sourire... il n'était pas pareil que les autres qu'il lui avait fait avant. Celui-ci semblait rempli d'un quelque chose... quelque chose "d'important" que Vannell ne pouvait pas expliquer.

-Dis Vannell, tu ne penses pas que ce soleil peut nous faire remémorer des souvenirs qui nous semblent lointain ?

A cet instant, Vannell s'avança jusqu'au rebord de la Place, lentement, son regard toujours fixé au loin. Il s'appuya ensuite sur ses avant-bras, fermant ses yeux, et soupira un long moment en se laissant rafraîchir par une légère brise.

-... Pour être franc... ce Soleil, rien qu'en le regardant, bien qu'il soit magnifique...*soupir* Hé bien, il me rappelle quelque chose, une partie de ma vie qui était... un véritable calvaire ce moment là...

Ses yeux encore clos, son esprit dériva lentement au fil du vent, lorsque des morceaux de mots résonnèrent dans sa tête.


"... Je t'attendait ..."

...

"... Il le faut ..."

...

"... Courage! ..."

...

"... Séparé? ..."

...
...
...

"Vannell!!!"

Il ouvra ses yeux brutalement, comme réveillé d'un cauchemar. Sa respiration s'était accéléré un bref instant, avant de se calmer. Ces mots... Ces Phrases... Tout ça n'était qu'une infime partie de ce "cauchemar". Il baissa sa tête, puis la releva vers le ciel, tendant ses bras toujours appuyés sur le rebord et respira un bon coup avant de répondre à Enzo.

-... Bien sûr, ce que tu dit est aussi vrai, mais moi je préfère regarder la Lune... D'ailleurs...

La Lune, cet Orbe qui reflète la Lumière du Soleil la Nuit. Et ce reflet aussi magnifique que ce Soleil devant lui qui rayonnait... Chaque fois qu'il avait l'occasion de la regarder, il prenait le temps de la contempler aussi longtemps qu'il le pouvait. Cette habitude l'avait prise depuis ce jour... ce jour où sa vie a changé subitement.

-... Je préfère contempler la Lune, car elle me rappelle quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.google.fr
Enzo Suzaku
Lvl 60
Lvl 60
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2704
Age : 25
Localisation : Mystère
Emploi : Protecteur
Loisirs : Ca reste un secret
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   16/3/2010, 20:07

La réponse de Vannell ne surprit guère Enzo car il savait que tout le monde pouvait préférer la Lune au Soleil mais il comprenait pourquoi Vannell préférait la Lune au Soleil…La lumière de la Lune était apaisante tandis que la lumière du Soleil était chaleureuse…L'un se leva le jour, l'autre la nuit. Ils s'opposèrent comme la Lumière et les Ténèbres mais le jeune Heavenis espérait que ce combat entre la Lumière et les Ténèbres allait prend fin même si cela était tout bonnement impossible.

Malgré sa cécité à l'œil gauche, Enzo oublie presque le fait que son phénix était dans une sphère alors il sortit brièvement la sphère rougeâtre qui tenait dans le creux de sa main et la positionna en face de lui pour que les rayons du soleil lui permettent de voir à travers enfin presque puisque ce qu'il voyait dans cette sphère n'était que des flammes qui ne cessaient de faire le tour de la sphère, cela ne surprenait guère Suzaku mais il savait que dans les minutes à venir, il devrait relâcher son oisillon qui sera enfin un véritable phénix…

-Bientôt tout sera prêt pour que tu puisses voler haut dans le ciel… Lucio… Tu seras ma nouvelle lumière…

Il riait de tout son cœur pour montrer sa joie même s'il avait enfin donné un nom à son compagnon, ce nom était un peu spécial en tout cas c'est ce que pensait Enzo mais il avait la nette impression que son phénix Lucio l'éclairera sur son chemin…Plus les secondes passaient vite sans avoir lâcher du regard sa sphère, il était devenu comme un passionné pour des objets d'art même s'il savait qu'il ne pourra pas retenir Lucio dans cette sphère à moins que ce dernier le brise de lui-même…Mais à ce moment précis, l'œil gauche d'Enzo retrouva petit à petit la vue ce qui le surprit beaucoup alors il se mit à sourire tout en baissant sa main tenant la sphère de Lucio puis il regarda le soleil couchant sans dire le moindre mot ensuite il se mit à murmurer à voix basse.

-J'espère que je trouverai ma nouvelle voie dans ce monde et ainsi je ne referai plus les mêmes erreurs… Je ne les répèterai plus jamais, je le jure sur mon honneur de Lieutenant de Flunion…

Ces paroles de courage montraient la détermination du jeune Heavenis mais la seule question qu'il se posait était s'il allait tenir sa parole malgré les obstacles qui se dresseront sur sa route, une chose est sûre bientôt il devrait les surmonter malgré la difficulté de ces barrières, il savait qu'il pourrait devenir un petit plus fort que son dernier combat qui remonte maintenant à quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/ArgusPhenix
Vannell Ravenald
Lvl 12
Lvl 12
avatar

Masculin
Nombre de messages : 212
Age : 27
Localisation :
Emploi : Ex-Protecteur
Loisirs : S'inventer des aventures avec ses amis
Date d'inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   31/3/2010, 23:20

Vannell contemplait le paysage depuis un bon bout de temps. Cette vue lui donnait presque envie de ne plus rien faire. Lentement, il soupira, s'appuyant sur ses avant-bras pour se redresser et faire face au crépuscule de la cité, toujours aussi imposant. Ses pensées étaient maintenant bien loin de ses souvenirs. Ces souvenirs... qu'il n'oubliera jamais pendant un long, long moment. Il ramena son bras droit vers sa poitrine et serra quelque chose dans sa main, à travers son T-shirt orange. On pouvait juste entendre un léger cliquetis au moment où il serra sa main.

*... On se reverra, j'en suis sûr et certain. Je te retrouverai... C'est de ma faute si tu n'est plus avec nous...*

Vannell serra plus fort ce qu'il y avait dans sa main, baissant sa tête par la même occasion. Des images revirent dans son esprit. Des images de ce drame qu'ils tentait d'oublier, en vain. Il ne pouvait pas oublier ce visage, qui était présent dans presque tout ces souvenirs de ce moment. Ce visage qui semblait demander de l'aide, où se dessinait la peur dessus. Vannell repoussa cette nouvelle vague de son esprit.

*... Myla...* pensa t-il, tout en relâchant son étreinte.

Soupirant une dernière fois, il se retourna vers Enzo, en cachant sa peine sur son visage. Ce dernier était immobile, son regard sur Vannell -ou plutôt derrière lui. Lui aussi contemplait le magnifique paysage s'offrant à eux.
Vannell ne pût s'empêcher de remarquer une chose étrange à propos de Enzo, mais il jugeât qu'ils avaient perdu assez de temps ici et qu'il était préférable d'aborder ce sujet particulier en cours de route.


-Bon eh bien, fini la pause? Parce que on a encore du chemin a faire je pense. dit-il tout en se dirigeant vers le chemin menant à la Rue de la Gare. Au fait, si on se dirigeait plutôt vers la Place des Fêtes? Ce serait peut-être un bon endroit pour commencer je pense. Qui sait? On trouvera bien quelque chose ou quelqu'un de particulier, comme... ces membres de l'Organisation...?

Vannell réajusta sa veste à capuche. Il commençait à avoir un peu froid, mais sans plus. Il mit sa main gauche sur son coude droit, tout en souriant à Enzo et en attendant une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.google.fr
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   1/4/2010, 23:35

Un sourire, une main passée machinalement dans la chevelure violette. Ce fut tout ce en quoi consista la réponse du mage aux remerciements de l’homme vêtu de noir, définitivement identifié comme être dépourvu de cœur mais pas d’esprit aux yeux de l’érudit. Oui, car cet homme qui tenait son livre de magie dans sa main droite, et le capteur de Similis dans sa main gauche n’était nul autre qu’un érudit, un presque sage. Presque, car il y avait encore beaucoup de choses qu’on pouvait lui reprocher, dont certaines qui allaient à l’encontre de la dénomination de ‘sage’. Enfin, il n’était pas à ça près. En fait, il n’en avait rien à faire, qu’il soit appelé sage, érudit, mage, gugusse, vilain, démon… Tout ça, ça ne concernait que les autres, et la vision qu’ils avaient de lui. Lui-même se considérait juste comme… Comme quoi d’ailleurs ? Sa main gauche tenant le capteur quitta sa chevelure violette, son possesseur se rendant compte que, justement, il tenait quelque chose dans cette main. Ola, Alzheimer, à son âge ? Oh, quoique, il n’était plus tout jeune… Il retint un soupir, tout en suivant de son regard améthyste la sombre silhouette du Simili s’engageant dans la Rue de la Gare. Peut-être qu’entre Similis, les deux jeunes gens ne se feraient aucun mal ? Mouaif, pas sûr. D’ailleurs, il ignorait si le membre de l’Organisation présent dans la rue faisait partie des jeunes gens, mais bon. Pas la peine de se poser des questions existentielles. A trop réfléchir, on s’en usait trop les neurones. Et ça faisait mal au crâne. Cette pensée arracha un nouveau sourire au mage… Oui, trop réfléchir donnait mal au crâne… Parfois il fallait se laisser aller. Comme il le faisait à présent en fait. ‘Il’ s’était posé beaucoup trop de questions. Avait hésité un bon nombre de fois. Mais avait finalement pris une décision, et était visiblement décidé à s’y tenir. L’homme au regard améthyste arrêta une nouvelle fois le fil de ses pensées, se rendant compte qu’il se plongeait de nouveau dans une suite interminable de réflexions… De nouveau. C’était vite dit, en fait. Son regard se posa sur la petite boule de poil blanche, qui lui adressait à son tour des remerciements. De nouveau, un sourire de sa part en guise de réponse. Un sourire toutefois légèrement différent, légèrement narquois. Il aurait bien lâché une petite moquerie au passage mais…

Que la situation était compliquée… Son sourire s’effaça à cette pensée. Le musicien avait ouvert une boîte qu’il ne pourrait pas refermer. Il s’était engagé dans une voie, et derrière lui s’étendait à présent le gouffre, tel une barrière. Son altruisme et sa bonté lui avait fait prendre ce chemin, après multiples réflexions et hésitations… Mais la réponse qui était finalement arrivée n’avait pas été ébranlée par le doute, sinon ce qu’il avait fait aurait été impossible à faire. Seulement, le regretterait-il ? Non, sûrement que non. Le mage ne regrettait pas son geste. Leur geste… Et il ne serait pas le seul, les seuls… Le musicien n’avancerait pas en solitaire sur ce chemin si obscur et sinueux… Si effacé, comme leurs existences… A eux, qui existaient sans réellement exister, mais dont l’appel avait été entendu. Pendant un bref instant, le regard améthyste de l’érudit se perdit dans le vague, l’homme plongé une nouvelle fois dans ses pensées. Puis ses yeux vinrent se poser sur le second homme qu’il avait aidé, émergeant de ses pensées grâce aux propos de l’épéiste. Décidément, Frederic pensait trop, beaucoup trop… Cette pensée légèrement teintée d’amertume fut bien vite chassée par l’amusement que provoqua en lui la défiance du guerrier originaire d’Eclypse. Qu’est-ce qu’il avait fait de Frederic ? … L’amusement se dessina sur les lèvres du mage, mais celui-ci se retint d’éclater de rire au nez et à la figure de son interlocuteur, ayant un peu de pitié pour celui-ci. Ainsi que du respect, mais ça, ce n’était pas complètement de son gré… Bien qu’il ne le montra pas, l’homme aux cheveux violets retint son rire in extremis lorsque Naxyld lui demanda de ‘transmettre l’info’. Pour être transmise, l’info était transmise… A croire qu’on le prenait pour le nouveau pigeon voyageur du coin… Il n’avait pas pensé que ce genre de situation assez saugrenue puisse naître de sa décision. Mais en même temps… Il aurait pu y penser, cela était si prévisible. Comme quoi, même le musicien ne pensait pas à tout. Une partie de l’esprit de l’érudit médita cependant avec plus de sérieux sur l’information que venait de lui donner l’épéiste. Il devait partir ? Pour être concis, c’était concis, et très inexpliqué qui plus est. Il aurait quand même pu laisser quelques explications, nan ? Enfin, comme pensé quelques minutes plus tôt, il ne changerait pas Naxyld du jour au lendemain, et ce genre de chose avait l’air d’être typiquement… naxyldique.

Enfin bon. Qu’il fasse ce qui lui chante, le musicien lui avait déjà dit qu’il n’en voulait en aucun cas au guerrier originaire d’Eclypse si celui-ci se décidait à se soucier de sa propre personne, et un peu moins de son prétendu devoir envers Frederic. Celui-ci ne considérait toujours pas l’épéiste comme étant lié à lui par un quelconque accord loyal ou quelque chose du même style. Même si avoir un épéiste sous la main était en général assez pratique, surtout pour un magicien… Bah, le monde n’était pas très grand, ils se reverraient bien un jour ou l’autre. Surtout que Naxyld ne serait sûrement pas du genre à oublier Frederic du jour au lendemain. Si lendemain il y avait dans cette Cité étrange du Crépuscule. Le guerrier d’Eclypse et la boule de poil commerçante se tournèrent en direction de la Rue de la Gare, ayant eux aussi décidé de débarrasser le plancher suite à l’avertissement du mage. Restait à espérer qu’ils étaient capables de ne pas se fritter avec le Simili le l’Ordre en passant par la Rue de la Gare. Le mage ne fit aucun commentaire, sinon celui-ci, prononcé trop faiblement pour que le mog ou l’épéiste ne puissent l’entendre :


- Du moment qu’vous n’oubliez pas d’m’envoyer une carte postale d’temps en temps…

Maintenant que ces deux-là étaient partis, il fallait juste que l’autre membre de l’Ordre ramène sa fraise pour qu’ils puissent discuter business. Enfin, façon de parler, parce que le business à coups d’épée/faux/kunaï/lance/bouquin/autre dans la tronche, ce n’était jamais très business, en fait. Le mage glissa le capteur dans l’une de ses poches sans prendre la peine d’y jeter un œil et croisa les bras, gardant toujours son livre dans sa main droite, appuyé à la verticale contre son buste. Il s’autorisa cette fois-ci à lâcher un long soupir avant de tourner la tête vers les portes de la Gare centrale, qui venaient de s’ouvrir pour laisser sortir deux jeunes hommes, tous deux inconnus. Ceux-ci ne semblaient pas avoir remarqué se présence, et tant mieux pour eux. En fait, s’ils pouvaient suivre le chemin du mog et de l’épéiste, ce serait parfait, puisque l’entretien qui allait survenir entre le mage et le Simili de l’Ordre n’allait sûrement pas être très calme. Les deux individus restèrent cependant non loin des marches de la Gare, semblant contempler le crépuscule éternel de ce monde. A en juger par leurs vêtements, les deux jeunes gens ne devaient pas être originaires du même monde… L’érudit détourna son regard des deux individus, avec un ‘bah’ signifiant ‘peu importe’, pour lever les yeux vers le ciel. Un crépuscule éternel… Déprimant. Enfin, pour certains, et pas pour d’autres. Mais à lui, le mage, cela lui rappelait… Rappelait quoi ? Il ne se souvenait même plus. Il demeura quelques instants immobile, son esprit vide de toutes pensées, son regard fixant sans le voir le soleil couchant…
Il détacha finalement ce regard améthyste de l’astre du jour pour suivre le mouvement de sa main gauche, allant chercher de nouveau le capteur dans sa poche.

- Mmm ? Réunion tupper ware ou quoi ? fit-il pour lui-même en baissant les yeux vers l’écran de la machine, sur lequel au moins sept points clignotaient à l’emplacement du Manoir.

Le huitième point qui figurait à ce même emplacement était d’une couleur différente de autres, mais le mage ignorait pourquoi. Le Maire avait oublié de lui filer le mode d’emploi avec le gadget… Mais sûrement que tout ce peuple n’était pas là pour boire le thé devant la magnifique demeure du Maire de la Cité. Quelque chose se tramait là-bas, et ça ne sentait pas très bon. Et c’était un euphémisme que de le dire. Ou de le penser, mais c’était du pareil au même. Le regard de l’érudit se détacha du troupeau de points présents devant le Manoir pour se déplacer vers la Rue de la Gare… déserte de tout point. Le mage fronça les sourcils. Quelques minutes plus tôt, le gugusse était encore dans la rue d’à côté… Lui avait-il pris une soudaine envie d’aller aux toilettes ? Mystère. Mais cela signifiait que d’attendre sur la Place de la Gare comme un gland ne servait… strictement à rien. Et il ne savait pas s’il fallait qu’il en rie ou qu’il en pleure. Mouaif, il était trop vieux pour pleurer. Autant en rire.
Mais à part ça, il fallait quand même qu’il se bouge un minimum, parce qu’il était accessoirement Gardien de la Cité et qu’il avait même un joli badge pour ça. Il jeta un dernier coup d’œil au capteur, le glissa dans sa poche, et ressortit de celle-ci le badge qui avait jadis été porté par Auron. Avec un petit sourire, il l’accrocha à sa veste de manière à ce qu’il ne tombe pas, puis prit son livre dans ses deux mains, et le lâcha finalement. Celui-ci se redressa verticalement, restant en lévitation dans les airs, et s’éleva en même temps que le corps du mage, dont les bras étaient légèrement écartés. Une fois la hauteur des toits atteinte, l’homme au regard améthyste cessa de fixer le ciel crépusculaire, prit son livre dans sa main droite, et fusa dans les airs en direction du Manoir, en évitant toutefois de se la jouer à la Superman…

Centre-ville – Place de la Gare => Frederic C. Zelig => Manoir Abandonné – Grille d’entrée
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: :: II - Place de la Gare ::   

Revenir en haut Aller en bas
 
:: II - Place de la Gare ::
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Town :: RPG(s) Secondaire(s) :: RPF - La Cité du Crépuscule - Saison 2 ~ "Vérités" :: 

 :: 
- Entrez -
 :: Le Centre de la Cité
-
Sauter vers: