Twilight Town
Salutation à toi nouveau venu !

En cette année 2014, nous t'accueillons à bras ouvert !
Viens t'inscrire, et rejoints l'équipe de la Cité du Crépuscule toujours de bonne humeur et pleine de surprise !

A bientôt peut être pour partager les aventures de Sora et Cie ! Smile

Cordialement, Twilight et l'équipe administrative de Twilight Town !

Twilight Town


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

.:. Mes Partenariats .:.                      


Partagez | 
 

 Frederic C. Zelig - Fiche validée

Aller en bas 
AuteurMessage
An'Lian
Lvl 07
Lvl 07
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Là où rêves et réalité se rencontrent...
Emploi : Etudiante à plein temps T.T
Loisirs : ...
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Frederic C. Zelig - Fiche validée   5/5/2009, 22:26

* Pseudo : Frederic

* Second pseudo : C. Zelig

* Description physique : Frederic est un homme d'une trentaine d'années, assez grand. Plus taillé pour la musique que pour le combat, il n'a ainsi pas la carrure d'un guerrier, mais n'est pas pour autant inoffensif, ayant quelques bases en magie. Ses cheveux sont d'une couleur noire tirant sur le bleu, s'accordant à la perfection avec ses yeux de la même couleur. La veste longue qu'il arbore est de la même teinte, bien que l'intérieur soit rouge foncé. En dessous de cette veste, il porte une chemise blanche et un pantalon noir assez large. Il arbore en plus un chapeau à plumes blanches dont le bout est bleu, des chaussures noires et une montre accrochée à sa veste. En combat, il se sert d'une baguette rappelant indéniablement celle d'un chef d'orchestre, qui peut s'avérer être tranchante et redoutable malgré les apparences. Et précisons que l'homme ne s'en sert pas du tout lorsqu'il fait appel à la magie. Si Frederic a une apparence aussi excentrique, c'est en partie dû au fait que son monde d'origine soit proche de ceux comme celui habité par La Belle au Bois Dormant, Cendrillon, ou bien d'autres encore...

Spoiler:
 

* Son histoire jusqu'à votre arrivée à la Cité : Une histoire... vous voulez une histoire ? Mon histoire ? Eh bien...

Il était une fois... non, je ne me moque pas de vous, beaucoup d'histoires de différents mondes commencent ainsi... Donc, il était une fois un jeune fils de bourgeois qui aimait une princesse de la cour... arrêtez donc de croire que je me moque de vous, je sais que ça ressemble à un conte de fées... Et si ça ne vous plaît pas, ne lisez pas, non mais. Je disais donc, le fils de bourgeois aimait la princesse, mais celle-ci était promise à un autre homme, qu'elle n'aimait pas, bien évidemment. N'allez pas non plus croire que la princesse en question aimait le fils du bourgeois, sinon ce serait trop facile... Une fugue en amoureux et hop, il y aurait plus d'histoire... Le jeune homme était pourtant déterminé à se faire aimer de la belle, et à se marier avec elle dans un futur plus ou moins proche. Il apprit donc la musique, la danse... tout ce qui pourrait éventuellement plaire à la princesse... et la magie. Et oui, tous les moyens sont bons pour arriver à sa propre fin... Et il se rendit compte qu'il aimait deux choses, parmi tout ce qu'il avait essayé : le piano et la magie - et la princesse, bien évidemment, mais il n'y était pas encore arrivé. Pour le piano, il demanda à son grand frère qui était très connu dans ce domaine, et pour la magie, il alla voir une fée aussi reconnue que son frère... dans le domaine de la magie, bien sûr.

Toutefois, en dépit de ses efforts, ils ne parvint pas à recevoir les faveurs de la belle. Eh oui, c'est malheureux. Tellement malheureux que le pauvre ne put s'empêcher de sombrer dans une dépression, dans un abîme sans fond. Son grand frère et la fée qui lui avait appris la magie ne purent rester insensibles devant le désespoir du jeune homme qui ne faisait que vouer un amour louable à la princesse de la cour qui avait refusé d'épouser son fiancé, d'ailleurs. Se rencontrant pour la première fois, le grand frère et la fée - si si, je vous assure, ils étaient tellement doués que c'était la première fois - réfléchirent à un moyen de faire le bonheur du cadet et élève.

"La musique contient une force magique, car elle est le cri du cœur, le rire de l'âme et les larmes du sang. Mais cette musique ne peut être accessible au commun des mortels qu'à un prix incroyablement élevé, car elle possède le pouvoir d'influencer les gens, et l'apparence du musicien. Celui qui peut entendre la musique du cœur, du corps et de l'âme et la réorganiser en une symphonie à la fois sublime et personnelle peut en faire son pouvoir. Le sacrifice de sa propre lumière, une maîtrise parfaite de la musique et une prédisposition à la magie sont les trois éléments indispensable à l'interprétation de la musique venant du cœur, du corps et de l'âme."


Tels furent les mots de la fée, qui avait entrepris des recherches avec l'aide du grand frère. En les entendant, le fils du bourgeois reprit espoir, et travailla à l'acquisition du pouvoir décrit par la fée. Il se mit donc à perfectionner sa musique avec toute sa bonne volonté, et à travailler ses dons magiques sous l'œil de la fée et de son frère.

A vous de deviner la suite... Le jeune homme parvint à maîtriser la symphonie du cœur, du corps et de l'âme et à se faire aimer de la princesse, c'est bien ça ? Bah non, perdu. Suivez un peu, quoi ! Le sacrifice de sa propre lumière n'était pas là pour des prunes. Maintes et maintes fois, le frère et la fée tentèrent de le mettre en garde contre ce sacrifice aussi flou qu'important. Mais il n'en fit qu'à sa tête, jusqu'au jour où la fée, le frère et le fils furent invités tous trois à un bal organisé par le roi pour que sa fille se décide enfin à se marier. Le grand frère en tant que pianiste de renommée qui jouerait tout le long de la soirée, la fée en tant que magicienne célèbre et invitée de marque, et le jeune homme en tant que... rien. Juste en tant que badaud du peuple. Ce qu'il n'apprécia guère au passage, et se disputa donc le soir même avec la fée et le frère. Et il leur lança à la figure qu'il profiterait de cette soirée pour utiliser la musique du cœur, du corps et de l'âme pour charmer la princesse, sans tenir compte du sacrifice de sa propre lumière.

La fée et le frère étaient conscients du fait que le jeune homme voulait passer outre du danger potentiel par amour - imprudent, va. Ils se mirent donc d'accord sur une chose, et la fée fit en sorte de prédisposer le frère à la magie grâce à une formule. Durant la soirée, le grand frère, qui jouait du piano, interpréta pour son cadet la musique du corps, du cœur et de l'âme, dont il dirigea les effets vers son frère et vers la princesse. Cette dernière, charmée par une musique d'une beauté inouïe comprit le dévouement du grand frère pour son cadet, car si cette musique était magique, elle ne pouvait pas influencer les sentiments en tant que telle, mais plutôt en tant que musique tout court. Les apparences sont trompeuses, mais la princesse était quelqu'un de cultivé et connaissait les effets de cette mélodie, et sut que le fils du bourgeois devait être quelqu'un d'extraordinaire pour que son frère se dévoue ainsi pour lui.

Elle interrompit ainsi le pianiste dans sa mélodie, le suppliant de ne pas se sacrifier, et lui promettant qu'elle aimerait le cadet de tout son cœur, car il était quelqu'un de bon qui méritait que l'on se dévoue pour lui. La seule réponse du pianiste fut un sourire doux, puis sa lumière fut emportée. Emportée par les Ténèbres.

Les années passèrent, la princesse et le fils de bourgeois se marièrent. Par un sort de la fée, tout le monde oublia le grand frère, selon la volonté de ce dernier qui ne souhaitait pas que l'amour de son cadet fut entaché par la tristesse engendrée par son sacrifice. Il tomba dans l'oubli, le fils du bourgeois et la princesse vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Seule la fée se souvint de lui.

De moi. De Frederic C. Zelig

Même au plus profond des Ténèbres brille la Lumière. Dans un éternel conflit, elles assurent l'existence l'une de l'autre. J'ai passé du temps dans les Ténèbres. Mais la Lumière me guide, m'en sors. L'aube se lève, car un cœur pur ne peut perdre toute sa Lumière, même au plus profond des Ténèbres. Cette aube, est-elle signe d'une renaissance, d'une rédemption ? La seule chose que je puis dire, c'est qu'un monde étrange se présente devant moi. Un monde où le Crépuscule est infini...

* Son passé dans la première Saison du RPF :
Aucun
Revenir en haut Aller en bas
http://metalia-rpg.forum-actif.net
 
Frederic C. Zelig - Fiche validée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Suggestion] Instaurer une fiche de Présentation (validée)
» [Fiche] judoBoy
» [Fiche] jeune-demon et radine
» [Fiche] Sombre-Panda
» Fiche d'accueil et de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Town :: RPG(s) Secondaire(s) :: RPF - La Cité du Crépuscule - Saison 2 ~ "Vérités" :: 

 :: 
Palier d'Eveil
 :: Présentation des Citoyens
-
Sauter vers: